0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
Être rappelé
icon book Assurances & Crédits

Crémation : quel cadre légal et quel prix ?

Rédaction : Jade Marrot - Mise à jour : 31 mars 2023 à 15h36

Temps de lecture estimé à : moins d'une minute

Crémation : cadre légal et prix

Être confronté au décès d’un proche est toujours un moment douloureux. Au moment d'organiser les obsèques se pose la question de l’inhumation ou la crémation.

Si le nombre d’enterrements reste légèrement supérieur, chaque année, le nombre d’incinérations progresse. Quelles sont les caractéristiques de cette pratique funéraire ? Quelles démarches et prix pour se faire crématiser ?

 

Crémation : autorisation et cérémonie

La crémation est une technique funéraire qui consiste à brûler le corps du défunt afin de le réduire en cendres.

Après la mise en bière du corps, ce dernier est amené dans un crématorium avant d’être introduit dans le four crématiste à une température d’environ 900°C pendant 1h30 à 2h. Les cendres résiduelles sont ensuite déposées dans une urne funéraire.

 

Choisir le mode de funérailles

Le choix d’une crémation peut relever d’une demande de la famille ou de la volonté propre du défunt, si ce dernier a exprimé le souhait d’être incinéré avant son décès. En contractant une assurance obsèques, il est possible de financer ses funérailles et même d’organiser dans le menu détail le déroulé de la cérémonie. Si un contrat en capital permet de constituer un pécule pour payer ses obsèques, un contrat en prestations permet à la fois de régler et de planifier les funérailles : soins de conservation du corps, choix du cercueil, musique, fleurs, faire-part de décès…

Si le défunt n’a pas laissé d‘indications formelles sur le déroulement de ses obsèques, les proches ont la possibilité de prendre en charge l’organisation de celles-ci. C’est pourquoi, en l’absence de testament ou de convention obsèques, il est recommandé de communiquer ses dernières volontés à ses proches à l’oral ou à l’écrit.

Dans le cas où le défunt n’a pas de proches sur qui compter, la commune dans laquelle il réside peut prendre en charge l’organisation et le financement des funérailles

 

Qui délivre l’autorisation de crémation ?

C'est au maire de la commune où a eu lieu le décès ou, le cas échéant, de la commune où s'est déroulée la mise en bière, de transmettre son accord pour la crémation sous présentation de 2 documents :

  • L’expression écrite des dernières volontés du défunt ou de la personne en charge de l’organisation des obsèques
  • Un certificat de décès réalisé par un médecin indiquant l’absence de problème médico-légal.

La crémation doit se dérouler dans un délai de 24 heures à 6 jours ouvrés suivant la déclaration du décès. Généralement, l'entreprise de pompes funèbres prend en charge l’ensemble ou une partie des formalités liées à un décès.

 

Comment se déroule une cérémonie de crémation?

Chaque cérémonie de crémation varie en fonction des souhaits du défunt et de la famille. Bien souvent, une célébration laïque ou religieuse est organisée afin d’honorer la mémoire du défunt et de permettre aux proches de se recueillir avant la combustion du corps.

On procède ensuite à l’incinération au sein du crématorium. Le cercueil est introduit dans le four crématiste. Les cendres peuvent être récupérées quelques heures plus tard. Une réception est parfois organisée après la cérémonie afin de rassembler l’entourage du défunt et de se remémorer des souvenirs après l'incinération.

 

Que dit la loi à propos des cendres après crémation ?

La loi française est très stricte en ce qui concerne la destinée des cendres et chacune des options doit être soumise à une autorisation de la mairie. Depuis 2008, il n’est plus possible de conserver les cendres à domicile, mais plusieurs dispositions sont envisageables : conservation sur site cinéraire ou propriété privé ou dispersion en pleine nature.

 

Les sites cinéraires

Si le choix du dépôt de l’urne se porte sur un site cinéraire, les cendres peuvent être inhumées soit dans une sépulture, soit dans un columbarium (monument collectif composé de niches permettant la conservation des urnes) ou encore sur un monument funéraire en scellant l’urne sur ce dernier.

Il est également possible de disperser les cendres dans un jardin du souvenir si le cimetière de la commune en possède un. Cet espace, souvent fleuri et arboré, est spécialement dédié à la dispersion des cendres. La dispersion est réalisée par l’organisateur des obsèques et les cendres sont déversées à l’aide d’un "dispersoir".

 

La dispersion des cendres en pleine nature

Si vous faites le choix d’une dispersion des cendres dans la nature, la personne chargée de l’organisation des obsèques doit impérativement faire une déclaration auprès de la commune concernée et inscrire le nom du défunt ainsi que la date et le lieu de dispersion des cendres dans un registre dédié.

Cette dispersion doit se dérouler dans un espace naturel qui n’a pas été aménagé, à savoir la mer, la montagne ou la forêt. Il est formellement interdit de procéder à la dispersion des cendres dans des jardins publics ou des espaces cultivés.

Des alternatives à la dispersion des cendres en pleine nature existent grâce à l’usage d’urnes biodégradables : certaines peuvent être plantées et se transforment en arbre, d’autres peuvent être immergées en mer.

 

La conservation des cendres dans une propriété privée

Il est possible de conserver les urnes dans une propriété privée sous accord préfectoral, mais cette dernière devra obligatoirement être inhumée dans une sépulture. En revanche, cette volonté ne peut pas être réalisée dans le cas où la propriété est située en plein centre-ville.

 

Combien coûte une crémation ?

Le montant de la taxe de crémation est fixé par chaque collectivité. Les tarifs diffèrent en fonction de la commune où se déroule la crémation. Outre la taxe, il faut prendre en compte le coût des prestations proposées par l’opérateur funéraire (soins de thanatopraxie, transport du corps, organisation des funérailles, prix de l’urne…) Il est conseillé de demander des devis auprès de l’organisateur des obsèques.

Enfin, des frais de crématorium sont à ajouter au coût global de la crémation, un montant qui dépend lui aussi des communes.

Le prix d’une crémation varie de 2 500 à 6 000 € en fonction des options choisies et des communes.

 

Quel prix pour la dispersion des cendres ?

La dispersion des cendres dans un jardin du souvenir coûte en moyenne 100 €, comprenant également la petite plaque avec le nom du défunt qui est délivrée par la suite à la famille.

Plus onéreuse, la dispersion des cendres en mer peut aller jusqu'à 300 €. Vous pouvez également décider de procéder à une « immersion » en mer, une démarche qui vise à introduire les cendres dans une urne biodégradable avant de les jeter à l’eau. Cette technique funéraire coûte en moyenne 400 €.

Comment financer une crémation ?

Plusieurs aides permettent de bénéficier d’un soutien financier pour organiser des obsèques, chacune possédant leurs propres conditions d’application :

  • L’Allocation de soutien familial (ASF) de la CAF,
  • L’aide aux frais d’obsèques de la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse),
  • Le capital décès de l’Assurance maladie.

Face au coût qu'impliquent des obsèques, afin d’éviter de faire supporter ses frais à ses proches, il est important de réfléchir à la souscription d’une garantie obsèques.

Cet article vous a-t-il été utile ?

4.5/5 - (97 avis)

Abonnez vous à la newsletter Recevez toutes les actus Bonjour Senior