MENU
Diminuer la taille de police Augmenter la taille de police
Rappel gratuit Rappel gratuit
Sommaire Sommaire
Publié le : 21 novembre 2019 - Dernière mise à jour le : 15 janvier 2020
Je compare
Devis gratuits

Pour comparer les devis de professionnels de votre région

Être rappelé
Rappel gratuit

Pour faire le point avec un conseiller Bonjour Senior

Présentation

L’ascenseur de maison –ou élévateur privatif, car utilisé à des fins personnelles– est un aménagement pratique pour rendre votre domicile accessible. Avec un vrai bénéfice de confort et de praticité, l’ascenseur de maison est un équipement de standing qui s’adapte aux spécificités de votre logement afin de vous permettre de vous déplacer facilement.

Un mini-ascenseur est composé d’un guidage (avec vérin hydraulique ou câbles en acier), d’un coffre technique, d’une cabine et d’un tableau de commande qui permet de déplacer l’ascenseur vers le haut ou le bas.

Les dimensions de la cabine peuvent être adaptées à la configuration de votre domicile et de vos attentes, ce qui constitue un réel atout.

Ascenseur de maison ou élévateur de personne ?

L’ascenseur privatif ou de maison est un terme exclusivement marketing. En effet, la notion technique à employer serait plutôt « élévateur de personne ». Les professionnels ascensoristes lui préfèrent en effet ce terme.

Les élévateurs doivent respecter les dernières normes européennes et celles de la « directive machine 2006/42/CE », mais ce n’est rien au regard des ascenseurs, qui sont soumis à des normes très strictes et coûteuses :

  • Obligation de visites plusieurs fois par an,
  • Contrat de maintenance avec des règles très strictes,
  • Mise en place d’une ligne d’urgence.

L’ascenseur privatif possède une autre spécificité majeure : sa vitesse. Les mini-ascenseurs ne doivent pas dépasser la vitesse de 15 cm par seconde. Donc environ 40 à 50 secondes pour monter deux étages (sans prendre en compte le temps d’ouverture et de fermeture des portes).

En comparaison, un ascenseur standard mettra moins de 5 secondes pour monter les deux étages (sans tenir compte là-encore de l’ouverture et la fermeture des portes).

Grâce à un cahier des charges moins strict, l’élévateur permet de s’adapter à toutes (ou presque) les configurations de la résidence : flexibilité sur les ouvertures sur les côtés, entrée et sortie en angle etc.

Les deux types d’ascenseurs de maison

Il existe deux types de structures pour un ascenseur à usage particulier. La structure à gaine maçonnée qui s’appuie contre un mur porteur et la structure autoportante qui, comme son nom l’indique, « se porte toute seule ».

Lorsque la configuration d’une maison empêche de s’appuyer contre un mur porteur ou bien que le projet nécessite une arrivée dans un espace spécifique (sur un balcon, dans une cage d’escalier, au milieu d’une pièce…), les ascensoristes préconisent la construction d’une structure autoportée reposant sur un pylône autoporteur très souvent fabriqué en métal.

Voici une brève description des chaque type de structure :

  • Ascenseur privatif avec structure autoportante

La cabine se déplace dans un pylône métallique autoporteur, pour pallier le manque de place ou de mur porteur ou simplement pour choisir une zone d’arrivée spécifique. L’ascenseur autoportant ne se déplace donc pas à travers les fondations de la résidence.

Ce type de cabine peut accueillir au maximum deux personnes ainsi qu’un poids maximal de 250 kg. L’élévateur autoportant peut desservir jusqu’à cinq étages. La largeur du dispositif s’adapte à partir de 65 cm et jusqu’à 1,80 m.

Ce type de structure permet de véritablement personnaliser son élévateur : parois des cabines, sol, panneaux, miroirs, téléphone de cabine…

L’équipement est notamment très prisé pour les mini-ascenseurs extérieurs où les élévateurs sont entièrement vitrée ce qui permet d’offrir une vue panoramique à 360°.

  • Ascenseur de maison à gaine

L’élévateur de personne se déplace dans une gaine fermée en maçonnerie, que l’on l’appelle communément « ascenseur à gaine ». L’ascenseur de maison est intégré dans une gaine maçonnée dans laquelle monte et descend la cabine. Ce type de dispositif ne peut être installé que si l’architecture de la résidence le permet. L’installation nécessite en effet la présence d’un mur porteur sur lequel s’appuyer.

Seules sont visibles les portes d’accès et éventuellement les commandes.

Les deux modes de fonctionnement

Une fois l’étude de faisabilité réalisée, les professionnels choisiront si la structure de votre mini-ascenseur sera autoportante ou à gaine maçonnée.

Deux types de fonctionnement se distinguent, le système hydraulique ou électrique.

Illustration d'ascenseur privatif hydraulique

L’ascenseur privatif hydraulique

Fonctionnant à l’aide d’un guide et d’un vérin, l’ascenseur hydraulique peut être équipé d’un cylindre enterré, de surface ou télescopique.

La cabine s’élève dès que l’huile sous pression remplit le piston.

Ce type de fonctionnement est toutefois plus lent que dans le cas d’une installation électrique.

Illustration d'ascenseur privatif électrique

L’ascenseur de maison électrique

L’ascenseur utilise des câbles en acier pour tirer l’élévateur. Un moteur active une poulie qui entraîne des courroies ou des câbles. Les câbles sont soutenus par la paroi maçonnée.

Ce type d’ascenseur dispose d’un contrepoids.

L’installation est discrète. La vitesse est plus rapide qu’un fonctionnement hydraulique.

Les types de service de mini-ascenseur

En fonction des besoins et de la configuration du logement, il existe trois type de circulations pour entrer et sortir de son élévateur vertical :

Illustration d'ascenseur service simple

Le service simple

L’entrée et la sortie pour utiliser son ascenseur se font par une seule et même porte.

Illustration d'ascenseur service opposé

Le service opposé

L’entrée et la sortie de votre élévateur s’effectuent depuis deux côtés opposés.

Illustration d'ascenseur service en angle

Le service en angle

L’entrée et la sortie du dispositif s’effectuent en angle c’est à dire depuis le côté droit ou gauche.

Comment choisir son ascenseur privatif ?

Pour installer un dispositif aussi conséquent qu’un élévateur pour personne à mobilité réduite, de nombreuses contraintes techniques sont à prendre en compte.

Voici les questions essentielle qu’il convient de se poser avant d’envisager le recours à ce type d’appareil :

  • Combien d’étages doit desservir l’ascenseur privatif ?
  • Quelle distance doit-il parcourir ?
  • Quel poids doit-il supporter ?
  • Combien d’utilisateurs maximum utiliseront l’élévateur en même temps ?
  • À quel emplacement souhaitez-vous disposer l’ascenseur ?

La maintenance et l’entretien

L’ascenseur privé doit être doté d’un système de sécurité respectant les normes européennes en vigueur (EN 81/41).

Comme évoqué précédemment, les élévateurs de maison ne relèvent pas de la réglementation sur les ascenseurs. Ces derniers sont soumis à la directive Machine CE 2006-42 pour les appareils dont la vitesse n’excède pas 0,15 m/s. Cette directive impose aux propriétaires d’Élévateurs pour Personnes à Mobilité Réduite (EPMR) un « entretien par un personnel qualifié selon la fréquence préconisée par le fabriquant. »

L’élévateur privatif doit être en effet entretenu pour améliorer sa durée de vie.

Requérant une maintenance bien moins contraignante que celle nécessaire pour un ascenseur professionnel, l’élévateur de personne nécessite généralement une à deux visites annuelles de contrôle préventif. Cette visite permet de garantir un fonctionnement optimal et d’écarter tout risque relatif à la sécurité.

Deux types de contrat sont généralement proposés pour la maintenance et l’entretien :

  • Le contrat de maintenance standard : une visite annuelle est incluse afin de vérifier le fonctionnement et contrôler les pièces les plus importantes.
  • Le contrat de maintenance haut de gamme : en plus de la visite annuelle, ce contrat prévoit un certain volume d’heures de main d’œuvre gratuit en cas de réparation.

Il est essentiel de bien vérifier au préalable les conditions de votre contrat de maintenance :

  • Quels sont les délais d’intervention ?
  • Quels sont les types de prestations souscrites ?
  • Quelles sont les conditions de résiliation ?

Combien coûte un ascenseur de maison ?

Comme tout produit technique pensé pour s’adapter à la configuration de votre logement, il est difficile de d’indiquer avec précision le prix d’un ascenseur privatif. Il est recommandé de demander plusieurs devis afin de comparer les solutions ainsi que les coûts.

Voici une fourchette prix estimative :

Ascenseur avec structure autoportante pour deux étages De 10 000 à 18 000 €

Supplément de 3 000 € par étage supplémentaire
Ascenseur à gaine pour deux étages De 12 000 à 20 000 €

Supplément de 4 000 € par étage supplémentaire

Les aides financières pour un ascenseur de maison

Comme pour le monte-escalier, la douche sécurisée ou tout produit destiné au maintien à domicile, certains avantages fiscaux et aides financières sont accordés pour l’installation d’un élévateur privatif.

Crédit d’impôt

Pour l’installation d’un élévateur vertical, un crédit d’impôt de 25 % est disponible dans la limite de 5 000 € pour une personne vivant seule et de 10 000 € pour un couple. Si vous n’êtes pas imposable, le Trésor Public vous attribuera un chèque de remboursement.

TVA réduite à 5,5%

Un élévateur de maison bénéficie d’une TVA réduite à 5,5 %.

L’Anah

Pour les personnes dotées de ressources modestes, l’Agence nationale de l’habitat (Anah) permet la prise en charge des travaux d’aménagement permettant le maintien à domicile. L’élévateur de maison entre dans ce cadre. Cette allocation permet de couvrir de 35 % à 50 % de votre projet. Pour en bénéficier, il est nécessaire d’être propriétaire d’une habitation construite il y a plus de quinze ans.

L’APA

Allouée par le Conseil départemental après évaluation médicale, l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) permet de compenser la perte d’autonomie d’une personne âgée de plus de 60 ans grâce à une aide finançant une assistance à domicile ou l’aménagement de votre logement. La pose d’un mini-ascenseur peut ainsi être partiellement prise en charge via ce dispositif.

Les Caisses de retraite

Souvent méconnues et sous-utilisées, de nombreuses aides financières sont proposées par les caisses de retraite complémentaire. Apportant  très souvent un soutien en termes de maintien à domicile –comme l’installation d’un élévateur de maison–, il est recommandé de prendre contact avec sa caisse afin de vérifier les conditions et le montant des aides disponibles. 

La MDPH

Les aménagements du logement permettant la mobilité et l’autonomie bénéficient d’un financement partiel de la part de la Maison Départementale des Personnes Handicapées. Pour y prétendre, être âgé de moins de  60 ans avec une reconnaissance d’un taux d’incapacité de 80 % est impératif.

Retrouvez plus d’informations sur les aides financières dans notre Guide :

 

Retour à Habitat & Sécurité
Suivez-nous :-)