0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
Retraite & Patrimoine

Assurance-vie : record de collecte des cotisations en 2021

Rédaction : Sylviane Lamant - Mise à jour : 25 octobre 2021 à 09h42
Assurance-vie : hausse record

Dans un communiqué de septembre, la Fédération Française de l’Assurance (FFA) a indiqué le regain d’intérêt des Français pour l’assurance-vie en 2021. L’organisme a en effet observé une hausse de la collecte des cotisations pendant huit mois consécutifs après une difficile année 2020.

 

Une belle reprise après une année difficile

Si l’année 2020 a été marquée par un bond inédit de l’épargne des ménages dû tant aux restrictions de la consommation qu’à un réflexe de prudence, cette épargne s’est majoritairement dirigée vers les dépôts bancaires et les livrets d’épargne réglementée (livret A notamment), faisant de cette période une annus horribilis pour l’assurance-vie.

La situation a changé en 2021 : frôlant les 100 milliards d’euros sur huit mois, les versements opérés en assurance-vie depuis le 1er janvier 2021 traduisent la dynamique que connaît ce marché : 27 milliards de plus que sur la même période en 2020, année marquée par la pandémie, et 2,4 milliards de plus qu’en 2019, année de référence. La collecte nette (cotisations moins prestations versées), quant à elle, s’élève à 14 milliards d’euros depuis le début de l’année soit plus de 17,8 % par rapport à 2020.

 

Une attractivité fiscale non démentie

En 2021, outre par cet important succès, l’assurance-vie se caractérise également par une évolution de la nature des placements : à fin juillet, la part des cotisations investies en unités de compte (UC) représentait 38 % contre 35 % en 2020, poursuivant ainsi sa hausse régulière révélatrice de l’envie des Français de diversifier leur épargne. Et, au regard de la perte d’attractivité des fonds en euros peu protecteurs contre l’inflation, de la rendre plus performante quitte à prendre quelques risques (83 % des UC sont investies en entreprises dont 57 % en actions).

Un facteur a joué parmi d’autres : l’offre par les assureurs de nouveaux produits d’investissement dont le PER (plan épargne retraite) créé il y a deux ans par la loi PACTE qui attire de nouveaux assurés soucieux d’améliorer les conditions de leur future retraite.

À ces motivations s’ajoute le fait que l’assurance-vie conserve un avantage comparatif majeur : une fiscalité favorable tant sur les revenus que sur les successions :

  • Sur les revenus : c’est uniquement lors du retrait total ou partiel des sommes déposées sur le contrat que s’applique la taxation sur les intérêts et plus-values, une taxation allégée, en particulier si le retrait intervient plus de 8 ans après l’ouverture du contrat (flat tax de 24,7 % ou 30 % selon le montant des sommes en jeu et après d’intéressants abattements).
  • Sur les successions : en plus du fait que le conjoint ou le partenaire de Pacs désigné comme bénéficiaire soit exonéré d’impôt sur le capital transmis, les héritiers bénéficient, à condition que les sommes aient été versées avant les 70 ans de l’assuré, d’un abattement important (152 500 € chacun) et d’un taux d’imposition de 20 % (jusqu’à 700 000 € transmis, de 31,25 % au-delà).
Suivez-nous :-)