0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
Retraite & Patrimoine

Epargne retraite : Des pistes pour réduire les frais des PER

Rédaction : Sylviane Lamant - Mise à jour : 21 janvier 2022 à 11h19
4.4 (19) - Temps de lecture estimé à : 3 minutes
Quel frais pour un PER ?

Le 30 septembre dernier, Bruno le Maire pointait les frais trop lourds pesant sur les PER. Le ministre de l’Économie s’appuyait sur un rapport de l’Observatoire des tarifs bancaires pour le Comité consultatif du secteur financier (CCSF).
Quels sont ces frais et quelles pistes pour les réduire ?

 

PER : des frais nombreux et difficiles à comparer

La conclusion et la vie d’un PER donnent lieu à la perception de nombreux frais qui rendent difficile d’établir une comparaison des plans comme d’évaluer clairement leur impact sur leur performance respective.

Il s’agit :

  • Des frais d’adhésion : Ils varient d’un organisme à l’autre (jusqu’à 30 €), certains n’en prélevant pas (notamment pour adhésion en ligne).
  • Des frais sur versements : Ils peuvent parfois s’élever jusqu’à 5 % contre 0% pour des organismes en ligne : ils doivent impérativement être négociés.
  • Des frais de gestion : Ils s’appliquent sur les fonds gérés et peuvent être compris entre 0,6 % et 2 %, auxquels s’ajoutent pour les supports en unités de compte (UC) les frais perçus par les sociétés qui gèrent ces derniers (entre 1 et 2 % selon le cas, obligation ou action).
  • Des frais d’arbitrage : Ils sont perçus lors d’un changement de support à l’intérieur du PER et s’élèvent de 0 à 5 % du montant arbitré ou lors d’un transfert d’épargne d’un autre PER, auquel cas ils sont plafonnés à 1 % du montant transféré. Ils doivent eux aussi être négociés.
  • Des frais sur les arrérages de rente (lors de la sortie en rente) qui sont compris entre 0 % et 3 %.

Face à cette situation préjudiciable, du fait de son coût et de son opacité, aux épargnants soucieux d’investir pour leur retraite, des pistes sont explorées par le ministère de l’Économie pour y remédier et permettre ainsi une meilleure comparabilité des plans ainsi qu’une plus grande attractivité du PER.

 

Comment réduire les frais de votre Plan Épargne Logement ?

L’offre de PER étant assez large sur le marché, la mise en concurrence est sans doute la meilleure façon d’obtenir un niveau de frais acceptable. Il est alors possible de recourir à un courtier qui effectuera une analyse comparative parmi une sélection des produits les plus performants.

Pour qui préfère étudier le marché et faire lui-même son choix, un moyen de se repérer sera de se référer aux taux moyens relevés par types de frais dans le rapport du CCSF, publié en 2021, et d’en faire des montants maximums acceptables à partir desquels négocier. De façon plus globale, une transparence accrue est nécessaire.

L’une des solutions envisagées par le ministère de l’Économie consisterait en la création à la charge des professionnels d’une double obligation :

  • L’ajout dans l’annexe financière du plan ou dans l’information donnée sur le site internet de l’organisme d’une colonne supplémentaire présentant le cumul des frais de gestion du contrat et des supports, ce pour une transparence avant souscription.
  • Pour les contrats déjà en cours, la même information exprimée en pourcentage de l’épargne serait donnée chaque année.

Cette double évolution des pratiques, en accroissant la comparabilité sur l’attractivité des offres ne manquerait pas d’avoir un effet sur une diminution des frais, bénéfique pour les particuliers.

Cet article vous a-t-il été utile ?

4.4/5 - (19 avis)

Suivez-nous :-)