MENU
Diminuer la taille de police Augmenter la taille de police
Rappel gratuit Rappel gratuit
Santé & Vie pratique

4 millions de seniors dépendants d’ici à 2050

Rédaction : Claire Viel - Mise à jour : 06 août 2019 à 08h27
4 millions de seniors dépendants en 2050

Selon une étude de l’INSEE de juillet 2019, le nombre de personnes âgées dépendantes pourrait atteindre les 4 millions à l’horizon 2050. Cela représente une hausse de 60 % par rapport à l’année 2015. Comment faire face à cette vague grise ? Quelles sont les questions à anticiper pour préparer la société française au vieillissement et à la perte d’autonomie ?

 

Senior et dépendance, état des lieux

L’arrivée des baby-boomers à l’âge de la retraite entraîne une croissance constante du nombre de seniors dans la population française. En 2015, le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans était de 16 millions d’individus. Ce chiffre pourrait s’élever à 24 millions en 2050. Face à cette hausse conséquente, il apparaît crucial de préparer la société au grand âge. Car si l‘on vit généralement plus longtemps et en meilleure santé, la maladie et le handicap restent des risques inhérents au vieillissement qu’il est essentiel de prendre en compte. La question de la prise en charge de la dépendance se pose dès lors aux acteurs de l’âge comme aux pouvoirs publics.

Pour considérer le niveau d’autonomie des seniors, l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE) s’appuie sur la grille AGGIR utilisée par les départements pour attribuer l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA). Dotée de six niveaux, cet outil d’évaluation considère le niveau d’autonomie des personnes en fonction de leur Groupe Iso-Ressource (GIR) compris entre le palier 1 et 4. Estimée sévère pour les GIR 1 et 2, la perte d’autonomie impose, dans ce cas, un confinement de l’aîné au lit ou au fauteuil. Plus légère en cas de GIR 3 ou 4, la personne nécessite une aide quotidienne pour se laver, s’habiller ou se déplacer.

Selon les projections de l’institut de statistiques, d’ici à 2050, ce sont 16,4 % des seniors pourraient se trouver en perte d’autonomie, soit une hausse estimée de 1% par rapport à 2015. 4,3 % de personnes seraient par ailleurs concernées par une perte d’autonomie sévère (GIR 1 ou 2) contre seulement 3,7 % en 2015. Si ces chiffres paraissent faibles, ils pourraient toutefois entraîner de lourdes répercussions sur la prise en charge et le financement de la dépendance.

 

Vieillissement et autonomie, un enjeu de société

Promulguée en janvier 2016, la loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement vise à anticiper les conséquences du l’avancée en âge de la population en priorisant le maintien au domicile grâce, entre autres, à une remise à plat de l’APA et la reconnaissance du statut d’aidant. Toutefois, face à la croissance constante du nombre de seniors et l’augmentation du nombre de personnes en situation de dépendance, il apparaît essentiel d’aller plus loin pour faire face aux questions de perte d’autonomie.

La question de l’hébergement des aînés dépendants est, à cet égard, capitale. Sur 2,5 millions de seniors en perte d’autonomie en 2015, la grande majorité –près de 2 millions– est maintenue à domicile et plus de 500 000 personnes sont hébergées en Établissement d’Hébergement pour Personne Âgées Dépendante (EHPAD). En fonction des régions, de fortes disparités sont également à noter. Ainsi le Massif Central et les Départements d’Outre-Mer (DOM) sont plus touchés par les questions de dépendance. Concentrant une part importante de population âgée, le sud-est pourrait également connaître dans les décennies à venir une forte croissance de seniors dépendants.

Soutenu par les politiques publiques et une majorité de Français qui souhaite vieillir chez soi, le maintien à domicile n’est pas toujours possible. En fonction des pathologies et du niveau de dépendance, une prise en charge institutionnelle devient parfois nécessaire. D’après les calculs, d’ici à 2045, le nombre de personnes logées en EHPAD pourrait atteindre près de 900 000 individus. La création de places en établissement médicalisé constitue un grand chantier national et un enjeu incontournable pour adapter la société au vieillissement.

Suivez-nous :-)