MENU

09 72 38 55 33 Service & appel gratuits

A A A
Santé & Vie pratique

INSPIRE, une étude de recherche sur le vieillissement en santé

Rédaction : L'équipe de rédaction - Mise à jour : 24 janvier 2020 à 16h24
Programme de recherche INSPIRE

Allier avancée en âge, vieillissement en santé et autonomie, telle est la démarche initiée par le CHU de Toulouse et ses partenaires –l’Université Toulouse 3-Paul Sabatier, l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique)– en mettant en œuvre le projet de recherche INSPIRE. Soutenu par la Région Occitanie, cette étude vise à mieux comprendre les mécanismes biologiques du vieillissement afin de répondre au défi sociétal du vieillissement de la population et avec lui des pathologies liées à l’âge pouvant entraîner la dépendance. Il est estimé d’ici 2050 que 618 millions de personnes de plus de 65 ans pourraient connaître une situation de dépendance selon les études menées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Il s’agit donc d’un véritable enjeu de santé publique.

 

57 millions d’euros déployés sur dix ans

Grâce à l’engagement et à l’appui financier de la Région Occitanie et du FEDER (Fond Européen De Développement Régional), le projet INSPIRE, soutenu par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), entre en action. 57 millions d’euros vont ainsi être mobilisés pour une durée de dix ans. L’idée est d’impulser l’émergence d’une véritable plateforme de recherche, de soins et d’innovation en Occitanie autour des questions de vieillissement. La plateforme INSPIRE a ainsi été créée afin de rassembler des données biologiques, cliniques, digitales et d’imagerie sur l’homme et l’animal au service de la communauté de chercheurs toulousains et d’entreprises partenaires, travaillant sur les problématiques du vieillissement.

 

Un projet de recherche inédit sur le vieillissement

Ces constats ont amené le Professeur Bruno Vellas, Responsable du Gérontopôle du CHU de Toulouse, et le Professeur Louis Casteilla, Directeur du STROMALab et Délégué Pôle de coordination COMUE Toulouse Biologie, Agronomie, Biotechnologie, Santé, à imaginer la plateforme INSPIRE afin de regrouper de manière unique des données biologiques, cliniques, d’imagerie et digitales au service de la recherche sur les mécanismes du vieillissement biologique. S’appuyant sur l’étude de sujets humains et animaux permettant de faire de la recherche translationnelle d’un modèle à l’autre, la plateforme INSPIRE souhaite pouvoir déterminer l’âge biologique d’un individu, l’âge civil ne reflétant plus l’âge réel d’un individu. La mise en place de ce projet inédit permettra également de suivre, de manière régulière et assidue, l’évolution de ses participants dans le temps, grâce à des outils digitaux notamment, ce qui constitue un des aspects innovants du projet INSPIRE.

La recherche INSPIRE a deux objectifs majeurs : identifier des biomarqueurs du vieillissement afin de mieux appréhender et prévenir les pathologies inhérentes à l’avancée en âge. Les différences éventuelles constatées entre l’âge biologique et l’âge civil pourront amener les professionnels de santé à mettre en place des actions ciblées et personnalisées (notamment chez les sujets présentant des facteurs héréditaires connus comme des antécédents familiaux de la maladie d’Alzheimer, de dégénérescence maculaire liée à l’âge ou de cancer par exemple).

D’autre part, le projet agrège la question de notre système de santé et de son fonctionnement. Conçu dans un but curatif après la Seconde Guerre Mondiale, ce dernier ne permet pas, ou peu, de prévenir les maladies qui apparaissent avec l’âge ni de retarder ou d’empêcher le déclin des fonctions des capacités de l’individu (sensorialité, mobilité, cognition, psychologie, nutrition, vitalité). C’est pourquoi, dans le but de passer d’un système centré sur les pathologies à un système centré sur les fonctions et sur l’individu et préventif, le projet INSPIRE propose également une cohorte clinique qui suit l’évolution des fonctions des seniors en Occitanie par l’implémentation du programme de Soins Intégrés pour les Personnes Âgées de l’Organisation Mondiale de la Santé (programme ICOPE) pour un vieillissement en santé. Ce programme ICOPE propose notamment un premier dépistage puis un suivi régulier tous les 4 mois. Il devrait permettre de maintenir les seniors à leur niveau optimal de capacités ou de prévenir le médecin traitant en cas de déclin ou d’une perte de fonction. L'objectif est de pouvoir intervenir le plus rapidement possible et de définir des stratégies de maintien de l’autonomie et de prévention de la dépendance.

 

Un groupe de 1 000 sujets volontaires

Lancé à l’automne 2019, le programme de recherche INSPIRE s’appuie sur une cohorte de 1 000 sujets volontaires. Les participants sont suivis sur une durée allant jusqu’à dix ans et évalués annuellement au Centre de Recherche Clinique du Gérontopôle du CHU de Toulouse où seront réalisés un certain nombre de prélèvements biologiques. Ces volontaires seront également suivis à distance à l’aide, soit d’un questionnaire en ligne, soit d’une application pour tablette et smartphone développée en lien avec l’OMS. Ce suivi à distance a vocation à prévenir tout déclin fonctionnel et l’apparition de la dépendance, ainsi que l’éventuelle apparition de pathologies liées à l’avance en âge, et vieillir ainsi en bonne santé. De nombreux centres de recherche en biologie partenaires étudient également le vieillissement animal en parallèle afin de permettre une recherche translationnelle sur les biomarqueurs du vieillissement.

Le recrutement des sujets pour l’étude INSPIRE qui a débuté en octobre 2019, va se poursuivre sur les deux prochaines années. Si vous êtes âgé de 20 à 100 ans et souhaitez vous porter volontaire pour aider les chercheurs à mieux comprendre les mécanismes biologiques du vieillissement associés au déclin des fonctions, vous pouvez contacter le CHU de Toulouse au 05 61 77 70 04 ou 05 61 77 71 15 ou par mail, [email protected] ou [email protected]

Légende photo : Dr Sophie Guyonnet, Pr Bruno Vellas et une patiente de la cohorte de recherche INSPIRE

Suivez-nous :-)