MENU

0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
Rédaction : Sylviane Lamant - Mise à jour : 13 octobre 2020 à 11h05

Qu’est-ce que l’Agirc-Arrco ?

La retraite complémentaire de la CNAV 

Le régime Agirc-Arrco est en charge de la retraite complémentaire des bénéficiaires du régime général de retraite de base de la Caisse Nationale D’assurance Vieillesse (CNAV). L’organisme compte 58 millions de comptes clients (actifs, retraités, employeurs), verse chaque année 80 milliards d’euros de retraites et fédère une quinzaine de caisses de retraite complémentaire.

 

Fusion de l’Agirc et de l’Arrco 

Deux régimes distincts coexistaient avant de fusionner en 2018 :

  • Créée en 1947, l’Agirc avait la charge du régime complémentaire de retraite des cadres du secteur privé industriel et commercial.
  • Créée en 1961, l’Arrco s’est vue reconnaître la tâche d’harmoniser et de coordonner les régimes de retraite des salariés non cadres du même secteur.

En 2019, alors que depuis de nombreuses années, les deux régimes avaient partagé une dynamique de convergence de leurs réglementations, de leurs paramètres de fonctionnement et de leurs structures, l’Agirc-Arrco s’est substituée à ces deux régimes

L’objectif visé par cette fusion est d’apporter davantage de simplicité et de lisibilité (harmonisation des réglementations, unification des process), tout en conservant les mêmes principes de fonctionnement au profit des cadres et salariés du secteur privé.   

Les missions de l’Agirc-Arrco

La gestion du régime de retraite complémentaire

L’Agirc-Arrco fédère les différentes caisses de retraite complémentaire des salariés et cadres du privé et gère le régime dans son ensemble.

Les caisses ont pour mission de recevoir les adhésions des entreprises et les affiliations des salariés, d’encaisser les cotisations de retraite complémentaire, de suivre les comptes de points des actifs, de calculer et de verser les pensions ainsi que d’informer les entreprises, les salariés et les retraités.

 

L’action sociale auprès des personnes âgées

L’Agirc-Arrco met en œuvre des actions visant à favoriser le « bien vieillir », à accompagner l’avancée en âge et la perte d’autonomie, à soutenir les proches aidants et faciliter le retour à l’emploi des actifs les plus fragiles.

C’est dans ce cadre que des ateliers de prévention (mémoire, nutrition, sommeil, activités physiques…) ainsi que des prestations de soutien à domicile (sorties accompagnées, aide ponctuelle d’une personne qualifiée, visite à domicile d’un ergothérapeute…) sont proposés aux affiliés.

En 2018, 2 millions de personnes ont ainsi bénéficié des prestations de l’action sociale Agirc-Arrco.

Le fonctionnement de l’Agirc-Arrco

Un régime unifié piloté par les partenaires sociaux

Le régime de l’Agirc-Arrco est piloté par les partenaires sociaux. Les accords  signés par les organisations représentatives des employeurs et des salariés fixent les orientations et définissent les mesures visant à assurer l’équilibre financier de la retraite complémentaire.

 

Un régime par répartition et une retraite à points

Il s’agit d’un régime par répartition. Ce sont les cotisations prélevées aux salariés et à leurs employeurs qui permettent de verser les pensions aux retraités. Ce système instaure ainsi un principe de solidarité entre les générations ainsi qu’entre les différents secteurs d’activité.

C’est aussi un régime de retraite par points. Chaque année, les cotisations du salarié et de l’employeur sont transformées en points de retraite et alimentent un compte ouvert au nom de chaque salarié. Les salariés constituent ainsi leurs futurs droits à la retraite.

Bon à savoir : Il est également possible de procéder au rachat de points des années d’études supérieures et des années incomplètes (jusqu’à 140 points par année dans la limite de trois années).

 

Le calcul de la pension

Le montant de la retraite s’obtient en multipliant le nombre de points obtenus par la valeur du point fixée annuellement.

La fusion Agirc-Arrco n’a pas impacté le fonctionnement du régime. L’ensemble des points acquis auprès de chaque régime a été intégralement repris : les points Arrco à l’identique et les points Agirc convertis en points Agirc-Arrco, la formule de conversion garantissant une stricte équivalence des droits.

Depuis 2019, pour les personnes nées à compter du 1er janvier 1957, la retraite complémentaire à taux plein suppose d’avoir atteint l’âge légal de 62 ans et de justifier du nombre de trimestres requis pour bénéficier de la retraite de base à taux plein.

Un dispositif de minoration/majoration temporaire vise toutefois à encourager le maintien dans l’emploi au-delà de ces conditions :

  • Minoration de 10 % pendant trois ans s’appliquant au montant de la retraite complémentaire si le salarié ne poursuit pas son activité professionnelle,
  • Pas de minoration si la retraite est prise un an après la date à laquelle les conditions du taux plein au régime de base sont réunies,
  • Majoration de la retraite complémentaire pendant un an de 10 % si la demande de retraite complémentaire est formulée deux ans après la date du droit au taux plein. Elle sera de 20 % pour le report de trois années et de 30 % pour le report de quatre années.

Il existe également des cas de minoration ou majoration définitive du montant de la retraite :

  • À partir de 62 ans, s’il manque au minimum 20 trimestres pour bénéficier de la retraite de base à taux plein, une minoration définitive est appliquée, déterminée en fonction de l’âge ou du nombre de trimestres manquants. La solution la plus favorable est retenue.
  • Le montant de la retraite complémentaire peut être majoré, sous certaines conditions, en cas de présence d’enfants. Deux types de majorations existent : la majoration pour enfant(s) à charge et la majoration pour enfant(s) nés ou élevés.

La pension de réversion de l’Agirc-Arrco

Comment bénéficier de la pension de réversion ?

Les ayants droits d’une pension de réversion sont :

  • Les époux et ex-époux (seul le mariage est reconnu et non le pacs ni le concubinage), non remariés, à partir de l’âge de 55 ans si le décès du salarié ou du retraité est intervenu à compter du 1er janvier 2019. En présence de deux enfants à charge la condition d’âge ne s’applique pas.
  • Les enfants, orphelins de leurs deux parents.

Aucune condition de ressources n’est définie.

Récemment simplifiée, la démarche pour demander sa réversion peut désormais être réalisée en ligne en déposant une demande unique pour tous les régimes cotisés via l’espace personnel de la caisse du conjoint décédé ou sur le site de l’Agirc-Arrco. Il est toutefois toujours possible de faire sa demande en contactant un conseiller par téléphone.

 

Le calcul de la réversion de l’Agirc-Arrco

La pension de réversion équivaut à 60 % de la retraite complémentaire du salarié décédé. Elle est partagée en cas de pluralité de conjoint et ex-conjoints. Une majoration est également octroyée en fonction du nombre d’enfants élevés et/ou à charge.

Comment contacter l’Agirc-Arrco ?

Téléphoner à l’Agirc-Arrco

Les conseillers retraite sont joignables via un numéro unique : 0 820 200 189 (0,09€/min).

 

Prendre RDV avec un conseiller

En appelant le numéro d’appel unique indiqué ci-dessus, il est possible de prendre un rendez-vous avec un conseiller dans le Centre d’information Conseil et accueil de salariés (CICAS) le plus proche de son domicile.

 

Envoyer un mail et transmettre un document à l’Agirc-Arrco

En créant son compte personnel sur le site de l’Agirc-Arrco, il est possible de communiquer avec son centre de retraite, de suivre son dossier et de transmettre des documents. Une foire aux question et de nombreux formulaires permettent également d’échanger avec un conseiller sur la page Contact de la caisse complémentaire.

Suivez-nous :-)