MENU

0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
Aide à domicile

Interview : Magalie Rascle de la MSA nous présente le guide Aidant’plus

Rédaction : Claire Viel - Mise à jour : 15 octobre 2020 à 10h45
Magalie Rascle, MSA

Magalie Rascle est la directrice du développement sanitaire et social de la Caisse centrale de la Mutualité sociale agricole (MSA). Elle est en charge de l’action sanitaire et sociale, de la prévention santé et de l’offre médico-sociale, pour les ressortissants du régime agricole de la Sécurité sociale, qui développe aussi une offre de services sur les territoires ruraux, au bénéfice de l’ensemble de la population de ces territoires.
Dans cet entretien, elle revient sur le déploiement du guide Aidant’plus sur le site de la MSA : http://msa.fr/aidant-plus

 

Pourriez-vous nous présenter le guide Aidant’plus ?

Le guide Aidant’plus s’adresse à tous les aidants et ils sont nombreux en France, environ 11 millions. Aider un proche fragilisé sur la durée peut être magnifique mais aussi difficile au quotidien et générer de l’isolement, de l’inquiétude et un poids moral important. En plus, cette aide de plusieurs heures par jour est souvent difficile à concilier avec sa vie professionnelle, sa vie familiale, sa vie personnelle. Les aidants peuvent s’oublier dans cette implication, y compris au détriment de leur propre santé. Le guide Aidant’plus, accessible sur le site de la MSA couvre toutes les thématiques liées au quotidien. Il aborde cinq situations de vie.

D’abord, il faut pouvoir s’identifier comme aidant avant de savoir si des formes de soutien existent. C’est l’objet de la rubrique « Suis-je aidant ? ». Le sujet est mieux connu aujourd’hui mais environ la moitié des aidants encore n’identifie pas son rôle dans ces termes. Nous avons d’ailleurs créé une échelle de l’aidant qui permet à chacun de savoir mesurer la place que ce rôle occupe dans sa vie et de pouvoir agir en conséquence en cherchant les formes de soutien les plus adaptées.

Une autre rubrique permet également de connaître les droits qui existent pour l’aidant et pour la personne aidée. Enfin, les rubriques « J’ai besoin de parler et de me former », « J’ai besoin de prendre soin de moi » et « J’ai besoin de souffler » détaillent les offres de services MSA. Il est important de savoir que ces offres ne sont pas réservées aux ressortissants du régime agricole, elles sont accessibles à tous.

Guide Aidant'plus MSA

 

Pourquoi avoir créé ce guide ? La MSA est-elle sollicitée régulièrement par des aidants ?

Nous avons une offre ancrée et diverse mais nous souhaitions la rendre plus visible sur notre site. Très vite, en travaillant à cette mise en valeur de nos informations, nous avons eu envie d’élargir le propos pour rendre service à ces millions de personnes, dont plus de la moitié travaille, et de ne pas nous limiter à notre seule réponse.

Il existe un large panel d’aides proposées par divers acteurs, nous voulons les faire mieux connaître via ce nouvel outil de référence pour que ceux qui le souhaitent puissent se faire épauler en connaissant leurs droits et les services qui sont mis en place pour eux. Il nous semblait important de recenser tout cela pour que les aidants aient le réflexe de chercher et de trouver de l’aide, ils ne sont pas seuls.

 

Le secteur agricole est-il plus ou moins concerné que le reste de la société par la situation des aidants ?

Dans les familles agricoles, il y a plus souvent la persistance de formes de cohabitation entre les générations sous le même toit ou dans une vraie proximité géographique. C’est pour cela que la MSA s’est saisie de la question des aidants depuis longtemps.

Depuis 2008, nous proposons une offre « Soutien aux aidants familiaux sur leur territoire de vie » : c’est une démarche concrète de terrain qui vise à mieux organiser les réponses apportées aux aidants car la MSA a deux atouts dans le domaine de l’aide aux aidants : son expérience ancienne et reconnue et son organisation décentralisée.

 

Comment la MSA définit-elle le rôle d’aidant dans ce guide ?

Dès qu’on vient en aide régulièrement à une personne âgée, dépendante ou à une personne handicapée de notre entourage pour l’aider dans les activités de la vie quotidienne, nous sommes un aidant. Ce n’est pas la définition de la MSA, c’est une vision partagée par tous les professionnels du monde de la santé publique et de l’action sanitaire et sociale. Différentes appellations existent : aidant naturel, aidant familial si l’aidé et l’aidant ont un lien de parenté, aidant non professionnel...

Au-delà de cette définition, il faut préciser que les aidants sont divers, selon leur situation personnelle et la situation de l’aidé, c’est pourquoi la personnalisation des réponses est essentielle en tenant compte de la situation de chacun, du type de situation (handicap, vieillissement) et de la relation.

 

Quelles sont les actions et aides spécifiques proposées aux proches aidants par la MSA ?

Nos aides s’articulent autour de trois axes :

  • La formation et l’information des aidants pour les orienter vers les services qui leur permettent de se rencontrer et d’échanger, de rompre l’isolement et de créer du lien.
  • La prise en charge au niveau  de la santé : il s’agit là de développer des comportements favorables à la santé et de prévenir l’épuisement psychologique.
  • Les offres permettant d’avoir du répit pour mieux concilier vie personnelle et rôle d’aidant, de prendre du recul, d’avoir une pause plaisir ou de vivre un moment de convivialité.

Permettez-moi de détailler notre offre de répit. Le réseau des MSA non seulement soutient des adhérents aidants, mais cherche également à développer les services de répit pour que l’ensemble des aidants d’un territoire puisse en bénéficier. C’est ainsi que le réseau soutient le développement des services Bulle d’air. Ce sont des services qui permettent aux aidants de souffler tout en permettant à l’aidé de rester à domicile. Ce service s’adapte aux besoins et peut être organisé sur 3h (minimum) comme sur plusieurs jours consécutifs, ponctuellement ou régulièrement.

 

Le 6 octobre célébrait la journée nationale des aidants. Quelles actions ont été mis en place par la MSA ?

Le 6 octobre est la Journée nationale des aidants en France depuis 11 ans. De nombreuses structures et associations organisent un peu partout en France des événements autour de cette journée ou plus globalement autour de cette thématique tout au long du mois d’octobre. Les caisses MSA y sont donc naturellement associées via des ateliers, des groupes de parole, des conférences…

 

Travaillez-vous en collaboration avec d’autres structures pour soutenir les aidants ?

Au niveau local, les articulations entre tous les acteurs susceptibles d’intervenir en soutien aux proches aidants sont essentielles pour permettre de répondre au mieux en fonction des différents besoins. Rappelons-nous que ces besoins sont divers, les articulations sont donc essentielles.

Au niveau national, nous  participons à de nombreux groupes de travail, notamment avec la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), mais aussi avec l’Union nationale des allocations familiales (Unaf) autour d’une expérimentation autour de la médiation familiale, la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) sur le répit et le droit du travail,  et avec des collectifs aidants (Association Je t’aide,  Association Française des aidants).

Dans le cadre du développement de Bulle d’air, nous avons également signé un partenariat renforcé avec l’Alliance professionnelle pour développer l’offre de répit Bulle d’air sur l’ensemble du territoire.

Car finalement, pour trouver des solutions à cette question de société, il faut travailler de concert avec tous les acteurs impliqués !

Suivez-nous :-)