0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
Santé & Vie pratique

Interview : Promouvoir le lien intergénérationnel grâce au Service Civique Solidarité Seniors

Rédaction : Claire Viel - Mise à jour : 13 octobre 2022 à 08h36
4.5 (30) - Temps de lecture estimé à : 5 minutes
Portrait Marie Trellu Kane

Créé en 2021 grâce au soutien de l'action sociale Agirc-Arrco, via le groupe Malakoff Humanis, le Service Civique Solidarité Seniors vise à inciter les jeunes de 16 à 25 ans à s’engager en service civique, pendant 6 à 12 mois, auprès de personnes âgées isolées à domicile ou en établissement.
Marie Trellu-Kane, Présidente de l’Association Nationale pour le Déploiement du Service Civique Solidarité Seniors, nous présente les enjeux et les ambitions de ce dispositif solidaire.

 

Pouvez-vous nous présenter le Service Civique Solidarité Seniors et ses acteurs ?

Le Service Civique Solidarité Seniors, créé en mars 2021, est un dispositif qui a pour ambition de mobiliser 10 000 jeunes en service civique chaque année auprès de près de 200 000 personnes âgées, en vue de rompre leur isolement, en établissement comme à domicile. Il est le fruit d’une mobilisation active des principaux acteurs de la jeunesse et du grand âge. Les missions confiées aux jeunes, qui durent entre 6 et 8 mois bénéficient aux aînés comme aux jeunes qui sortent grandis de cette expérience et forts de nouvelles compétences.

Le Service Civique Solidarité Seniors a été créé grâce à l’engagement de l'action sociale Agirc-Arrco, via le groupe Malakoff Humanis, avec le soutien actif du Ministère chargé de l'Autonomie et du Secrétariat d'Etat chargé de la Jeunesse et de l'Engagement.

Adossé au dispositif « Service Civique », créé en 2010 et géré par l’Agence du Service Civique, il s’appuie sur l’Association Nationale pour le Déploiement du Service Civique Solidarité Seniors, qui anime l’ensemble des parties prenantes, promeut le dispositif auprès de l’ensemble des acteurs du grand âge, assure un socle commun de formations et d’accompagnement pour les jeunes et leurs tuteurs, fournit outils numériques, tenues, éléments de visibilité communs et assure le pilotage et l’évaluation continue du dispositif.

Il s’appuie aussi sur l’association pionnière du Service Civique, Unis-Cité, qui assure l’encadrement direct d’un nombre important de jeunes intervenant dans des structures n’ayant pas la capacité d’encadrement, ou directement auprès de personnes âgées isolées à domicile.

Sont à ce jour membres de la mobilisation, outre Unis-Cité : Monalisa, Croix-Rouge française, Petits Frères des Pauvres, Groupe SOS, UNIOPSS, FEHAP, AP-HP, Siel Bleu, Ligue de l’Enseignement, UFCV, Familles Rurales, AMRF, ACCPA, Arpavie, Coallia, Fédération nationale de la Mutualité française, Fondation COS Alexandre Glasberg, SliverGeek, UNCCAS, Wimoov.

 

Photo Service Civique Solidarité Seniors

 

Quels sont les grands enjeux ainsi que ses objectifs ?

Notre ambition est d’accompagner d’ici 2026 200 000 seniors chaque année, à domicile comme en établissement (EHPAD, résidences autonomie, foyers de vie…).

L’ambition collective de l’ensemble des membres de la mobilisation est de développement massivement un service civique de qualité et porteur de sens autour de 4 enjeux pour le secteur du grand âge et notre avenir commun : Rompre l’isolement des seniors, aider à bien-vieillir, promouvoir la solidarité intergénérationnelle et valoriser les métiers du grand âge auprès des jeunes.

Après une année passée avec ces jeunes engagés auprès d’eux, trois quarts des seniors se sentent moins seuls et deux tiers d’entre eux considèrent que leur moral s'est amélioré*. L’intergénérationnel est une force : Les jeunes volontaires ressortent eux aussi grandis et enrichis de cette expérience, avec un tout autre regard sur la vieillesse et sur nos anciens.

42 % d’entre eux déclarent avoir de nouvelles idées pour leur projet professionnel et 21 % ont envie de travailler dans le secteur médico-social**.

* Labo E&MISE de l’ESSEC, juin 2022

** Étude Improve, octobre 2021

 

Quels types de missions et d’activités sont proposés aux volontaires ?

Les missions confiées aux jeunes sont très variées et ont lieu à domicile ou dans des structures d'accueil collectif comme les EHPAD ou les résidences seniors.

Les jeunes peuvent organiser un temps privilégié avec une personne âgée lors d’une sortie culturelle ou encore lui proposer un accompagnement à l’usage du numérique. Ils peuvent également animer des activités de groupe comme des jeux pour stimuler la mémoire, du bricolage, du jardinage, du tricot, de la cuisine. Ils peuvent aussi accompagner les seniors en dehors de chez eux pour faire une balade ou rejoindre un groupe de seniors pour une activité collective, les aider dans les petites tâches administratives du quotidien.

 

Quelles démarches doivent effectuer les jeunes gens souhaitant s’engager dans le dispositif ?

Il suffit d’avoir entre 16 et 25 ans (jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap), et être disponible au moins 6 mois au moins 24h par semaine.

Aucun diplôme n’est requis, seule la motivation compte !

Pour trouver une mission près de chez soi, rien de plus simple ! Il suffit de se rendre sur le site internet : sc-solidariteseniors.fr, pour consulter les offres près de chez soi et postuler. On peut aussi demander à être rappelé pour avoir un échange et des réponses à nos questions.

 

Photo Service Civique Solidarité Seniors

 

De quelle façon les structures d’accueil et d’accompagnement Senior peuvent-elles devenir partenaires ?

Pour accueillir des jeunes volontaires en service civique solidarité seniors, il faut être un organisme public ou privé à but non lucratif, avoir plus d’un an d’existence, et avoir la capacité d’accueillir et accompagner les jeunes sur une période d’au moins 6 mois.

L’association nationale de déploiement du SC2S accompagne toutes les structures dans la réflexion sur les missions à confier aux jeunes, peut aider au recrutement, assure des formations initiales et échanges de pratiques tout au long de la mission (pour les jeunes comme pour leurs tuteurs), fournit des tablettes, des tenues, pour différencier les jeunes du personnel soignant ou administratif de l’établissement, et organise l’échange de pratiques entre tous les acteurs. Elle peut même apporter un soutien financier dans certains cas.

Si la structure n’a pas d’agrément pour l’accueil de jeunes en Service Civique ou n’est pas membre d’une fédération ayant un agrément collectif susceptible de lui être mis à disposition, l’AND-SC2S, assure « l’intermédiation », c’est-à-dire qu’elle assurera la responsabilité administrative et juridique des jeunes qu’elle mettra à disposition de la structure.

Cet article vous a-t-il été utile ?

4.5/5 - (30 avis)

Suivez-nous :-)