MENU

09 72 38 55 33 Service & appel gratuits

A A A
Santé & Vie pratique

Liquidation automatique des droits à la retraite pour les bénéficiaires de l’AAH

Rédaction : Sophie Dolleans - Mise à jour : 06 août 2020 à 09h30
Liquidation des droits pour les bénéficiaires de l'AAH

Depuis le 1er juillet dernier, les personnes bénéficiaires de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) touchent désormais leur pension de retraite de manière automatique lorsqu’elles atteignent l’âge de 62 ans. Cette avancée, votée dans le cadre de la loi de financement de la Sécurité sociale, permet de simplifier le départ en retraite d'un grand nombre d'allocataires de l’AAH et d’éviter les ruptures de droits. On note toutefois que la réforme s'adresse uniquement aux handicapés ayant déjà travaillé et cotisé au cours de leur vie.

 

Une simplification des démarches bienvenue

Destinée aux personnes aux personnes reconnues en situation de handicap à 80 % mais aussi à celles dont le taux compris entre 50 et 79 %, cette réforme a été adoptée dans la loi de financement de la Sécurité sociale 2020. Auparavant, les bénéficiaires de l’AAH atteignant l’âge légal de la retraite, soit 62 ans, devaient faire une demande d’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA) ou de pension auprès des caisses dans lesquelles ils avaient cotisé. Des démarches administratives lourdes et chronophages, en particulier pour des personnes handicapées, dont la mobilité est souvent difficile. En cas d’oubli, les bénéficiaires de l’AAH se voyaient suspendre leurs droits sans attribution de pension de retraite. Une situation préjudiciable pour des individus déjà en situation de fragilité.

Désormais, les bénéficiaires l’AAH n’exerçant pas d’activité professionnelle et atteignant l’âge légal pour partir en retraite, n’ont plus aucune démarche à effectuer pour demander leurs droits à la retraite. L'objectif est double : Simplifier le passage à la retraite des personnes handicapées et éviter les ruptures de droits. Ainsi, depuis le 1er juillet, c'est la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) qui est chargée d'effectuer les procédures. Les bénéficiaires seront informés par leur caisse de retraite, six mois avant la date effective des droits à la retraite, et percevront leur pension de manière automatique. Les allocataires reconnus en invalidité à 80 % cumuleront AAH (en totalité ou de façon réduite) et ASPA ou retraite. Pour les personnes ayant un taux d’incapacité compris entre 50 et 79 %, le versement de l’AAH cesse dès l’âge de 62 ans.

 

Pour les handicapés n'ayant jamais travaillé, rien ne change

En revanche, les handicapés n'ayant jamais travaillé devront quant à eux continuer à réaliser eux-même les démarches, soit en déposant une demande d'ASPA, dans le cas d'un taux d’incapacité inférieur à 80 %, soit en prouvant qu'ils ne peuvent prétendre à aucune pension de retraite de base, si leur taux est supérieur à 80 %. Il est pour cela nécessaire de déposer une demande auprès de la CARSAT (caisse d'assurance retraite et de la santé au travail) afin d'obtenir une notification de rejet d’attribution de retraite personnelle réclamée par la CAF. Les personnes éligibles à la réforme mais souhaitant poursuivre leur activité professionnelle au-delà de 62 ans devront également mener elles-même les démarches pour liquider leurs droits.

On  note par ailleurs qu'il est possible, pour les personnes concernées par la mesure, de s’opposer à cette liquidation automatique au plus tard quatre mois avant l’âge de départ à la retraite, par simple écrit envoyé en recommandé avec accusé de réception. Sans opposition de leur part, le versement de la pension de retraite sera automatique. 

Suivez-nous :-)