0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
Logements spécialisés

Les tarifs en EHPAD en 2018, encore trop élevés par rapport aux pensions de retraite

Rédaction : Aline Garcia - Mise à jour : 20 décembre 2018 à 12h29
4.4 (9) - Temps de lecture estimé à : 3 minutes
quels sont les tarifs des ehpad en 2018

Les tarifs des EHPAD (Établissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) ont été mis à jour pour l’année 2018. Le constat : des tarifs encore trop élevés face à des pensions retraite insuffisantes. Comment nos aînés financent-ils leur maison de retraite ?

 

La Loi d’adaptation de la société au vieillissement

La loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement (ASV) votée en décembre 2015 et entrée en vigueur le 1er janvier 2016 propose une politique axée vers l’autonomie. Elle repose sur trois grands axes qui sont : l’anticipation de la perte d’autonomie, l’adaptation de la société au vieillissement et l’accompagnement des personnes en perte d’autonomie. Elle a également permis de soutenir les proches aidants avec des aides, le droit au répit et un dispositif d’urgence en cas d’hospitalisation de l’aidant. Outre les mesures mises en place pour les aînés et les aidants, cette loi a entraîné une régulation des prix des EHPAD et les oblige, depuis décembre 2016 à faire part de leurs tarifs au moins une fois par an auprès de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA).

En 2018, 89% des EHPAD et 68% des résidences autonomes ont actualisé leurs prix auprès de la CNSA.

 

Les pensions de retraite encore trop faibles et de nombreuses disparités

En décembre 2016, d’après la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques ), le montant moyen d'une pension de retraite globale, tous régimes confondus, était estimée à 1 532 € brut mensuel (soit  1 429 € net). On relève cependant des inégalités au niveau du genre : une femme touchait en moyenne 1 322 € bruts par mois alors qu’un homme percevait 1 760 € par mois.

On retrouve également des disparités selon les régimes de retraites, les régimes spéciaux tels que la SNCF ou la RATP ont des pensions brutes largement plus élevées que la moyenne : En 2016 les pensions de droit direct s’élevaient en moyenne à 1 966 € par mois pour la SNCF et 2 308 € par mois pour la RATP alors que les bénéficiaires de la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse) touchaient en moyenne 606 € bruts par mois.

 

Des difficultés à financer la prise en charge en maison de retraite

D’après la DREES, la moitié des résidents de maisons de retraite dépensent au moins 1 850 € par mois pour financer leur prise en charge après perception des allocations (1 850 € correspond au calcul du reste à charge). En 2016, 27 % des résidents d’établissements pour personnes âgées déclarent avoir déjà dû puiser dans leurs épargnes pour payer les dépenses liées à la dépendance. L'épargne personnelle est donc le principal moyen de financement. 11 % des résidents déclarent toutefois mobiliser leur entourage pour payer la totalité ou une partie des frais à leur place et près d’1 résident sur 10 envisage de vendre un bien immobilier pour financer ces dépenses.

Selon le statut juridique de l’établissement, les dépenses pour les résidents ne sont pas les mêmes : Les établissements privés lucratifs sont largement au-dessus de la moyenne avec un minimum de 2 420 € par mois alors que le prix d’un établissement privé non lucratif s’élève au minimum à 1 850 € mensuels. Du côté des établissements publics, il faudra débourser 1  730€ par mois pour un établissement non hospitalier et 1 790 € par mois pour un établissement public hospitalier.

Cet article vous a-t-il été utile ?

4.4/5 - (9 avis)

Suivez-nous :-)