0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
4.3 (8)

Qu’il s’agisse de soulager un mal de dos ou de prévenir un risque d’escarre, le matelas pour lit médicalisé est conçu pour s’adapter au profil du malade accueilli.

Le choix du matelas médical revêt en effet une grande importance pour garantir le confort et la sécurité des personnes âgées ou handicapées alitées. En fonction de la pathologie et du temps d’alitement, on ne se tournera pas vers le même type d’équipement.

Étudié pour prévenir les escarres, le matelas médicalisé peut faire l’objet d’une prescription et bénéficier d’une prise en charge par la Sécurité sociale.

 

Comment choisir son matelas médical ?

Un alitement prolongé n’est pas sans risques pour la santé. À moyen ou long terme, la position couchée peut entraîner des complications chez les personnes fragiles : dénutrition, infection respiratoire, infection urinaire, phlébite, rétraction musculaire et/ou escarre.

 

Comment éviter les escarres ?

Une escarre est une lésion cutanée générée par la pression continue sur les zones de peau au contact du matelas. Provoquée par l’arrêt du flux sanguin, l’escarre également appelée « ulcère de pression » entraîne un déchirement des tissus pouvant conduire à une infection et une septicémie.

Afin de prévenir leur apparition, il convient d’alterner autant que possible les postures du malade (position assise, allongée, semi couchée…), de bien s’alimenter, de bien s’hydrater et de maintenir une bonne hygiène de la peau. Outre ces bonnes pratiques, pour éviter l'escarre, le choix d’un matelas anti-escarres permettant de répartir la pression sur le corps se révèle primordial.

L’échelle de Norton permet d’évaluer les facteurs de risques d’un patient alité en fonction de plusieurs critères : état mental, condition physique, activité, mobilité et incontinence. Un score compris entre 14 et 20 indique que le patient a peu de chances de développer une escarre. En revanche, un score en deçà de 14 signifie que la personne alitée présente un risque élevé de faire une escarre.

Un classement permet de hiérarchiser les différents matelas anti escarre en fonction du risque plus ou moins grand que présente le patient de développer une escarre. Seuls les professionnels de santé (médecin traitant, gériatre, infirmière…) sont habilités à définir la classe du matelas nécessaire pour équiper le lit médical et limiter ainsi le risque d’escarre.

Ce choix prend en compte le type de pathologie, le niveau d’autonomie ainsi que le poids du patient.

Voici les 4 classes de matelas pour lit d'hôpital :

 

Classe 0 : le matelas simple en polyester

Composé en mousse polyester, le matelas simple de classe 0 convient aux patients dont l’état de santé général n’est pas altéré et qui se trouvent toujours en capacité de se mobiliser.

Ce type de matelas de confort s’adresse aux personnes hospitalisées pour de courts séjours, alitées moins de 10 h/jour et présentant de ce fait, un risque d’escarre nul ou faible.

 

Classe 1 : le matelas gaufrier pour lit médicalisé électrique

Conçu en mousse polyuréthane haute résilience, le matelas de classe 1 concerne les malades allongés 10 à 15 h/jours dont le risque de développer une escarre est modéré (score de 12 à 14 sur l’échelle de Norton).

 

Classe 2 : le matelas médical à mémoire de forme

Destiné aux personnes alités plus de 15h/jour, le matelas de classe 2 en mousse viscoélastique permet de prévenir les risques d’escarres moyens à élevés (score de 8 à 12 sur l’échelle de Norton).

 

Classe 3 : le matelas à air anti-escarre

Le matelas de classe 3 est destiné aux PMR (personnes à mobilité réduites) alitées 24h/24 ou se levant très peu dans la journée. Il s’agit du profil le plus à risque pour une escarre (score inférieur à 8 sur l’échelle de Norton).

Ce type de matelas à air dynamique est équipé d’un compresseur automatique qui permet une meilleure répartition des points de pression exercées sur la peau.

Il existe également des modèles de matelas à mémoire de forme haut-de-gamme de classe 3 dépourvus de système de pression d’air.

 

Quel drap pour lit médicalisé ?

Afin d’optimiser le bien-être des malades et de faciliter le travail des soignants, il est important d’équiper votre matelas anti escarre de linge de lit adapté. La qualité des draps participe au confort des malades. La respirabilité du tissu, la douceur du toucher et la facilité d’entretien ont leur importance.

Positionner un surmatelas ou une alèse imperméable permet de protéger le matelas, en particulier en cas d’incontinence. Toutefois, afin de maintenir la bonne répartition des points de pression, on évitera d’installer une alèse sur un matelas à air. On préférera y installer un simple drap plat ou un drap housse particulièrement souple afin de conserver les bénéfices du matelas pneumatique.

Afin de soulager la pression et le frottement des draps ou de la couette sur les zones sensibles, il est également possible de positionner un arceau de lit métallique au niveau des pieds de la personne âgée.

 

Quel remboursement pour un matelas anti-escarre ?

Dispositif médical, les matelas médicaux ainsi que certains surmatelas sont inscrits sur la liste de produits et des prestations (LPP) remboursables par l’Assurance maladie. Il est nécessaire de présenter une prescription médicale afin qu’ils soient pris en charge par la Sécurité sociale.

L’ordonnance doit spécifier avec précision le type et la classe du matelas médical (gaufrier, mousse haute densité, matelas à air, classe 1, 2 ou 3…) et l’équipement prescrit doit figurer sur la LPP.

Le montant pris en charge par la Sécurité sociale s’élève à 65 % du prix du matelas ou à 100 % lorsque le patient présente une ALD (affection de longue durée) exonérante du ticket modérateur. Le reste à charge peut être financé par la mutuelle santé.

La prise en charge concerne aussi bien l’achat que la location du matelas. Dans les faits, ce sont généralement les matelas à air anti escarre qui sont loués.

Bon à savoir : En fonction du type d’équipement, l’ordonnance pour une matelas médical peut être renouvelée annuellement, tous les 2 ans, tous les 3 ans ou tous les 5 ans (pour les matelas pneumatiques).

Les questions les plus posées

Cette FAQ vous a-t-elle été utile ?

4.3/5 - (8 avis)

Suivez-nous :-)