0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
Logements spécialisés

Combien coûte une résidence autonomie ?

Rédaction : Carole Carries - Mise à jour : 14 décembre 2021 à 14h50
Résidence autonomie

La CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie) a publié une étude sur les prix d’hébergement des résidences autonomie pratiqués en 2018 et 2019. Avec un coût médian approximatif de 700 € par mois, il ressort toutefois de cette analyse de fortes disparités de tarifs en fonction de  leur répartition territoriale et la taille des logements. Les prix peuvent ainsi varier du simple au double, et sont parfois multipliés par quatre ou cinq. Quelles raisons à ces écarts ?

 

La résidence autonomie : un logement pour senior autonome aux revenus modestes

Groupe de logements individuels adaptés et sécurisés implantés à proximité de zones de services collectifs (transports, commerces, activités…), les résidences autonomie sont destinées aux personnes âgées autonomes, seules ou en couple, afin de leur permettre de vivre en toute indépendance. Auparavant connues sous l’appellation « foyers logements », elles ont été renommées en 2016 dans le cadre de la loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV).

Généralement gérées par des structures publiques ou associatives, il existe environ 2 300 résidences autonomie réparties sur l’ensemble du territoire français, dont 75 % en zone urbaine ou périurbaine. Ces logements à vocation sociale bénéficient d’un loyer modéré et disposent d’une capacité d’accueil de 120 000 places contre 600 000 pour les EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes), des structures médicalisées dédiées aux seniors présentant une perte d'autonomie plus lourde.

Pour y résider, il est nécessaire d’être âgé de plus de 60 ans, de présenter un niveau d’autonomie de niveau GIR 5 ou 6 sur la grille AGGIR (voire en GIR 4 sous conditions). Non médicalisés, ces logements peuvent toutefois coordonner l'intervention ponctuelle ou régulière d’aides à domicile ou de personnel soignant (aides-soignants, infirmiers, médecins...). En outre, leur prix moins cher qu’un EHPAD, dont le coût médian par mois s’élève à 2 000 €, leur permet de constituer une excellente alternative d’accueil pour les seniors aux revenus modestes.

 

Des prix variables en fonction des régions et du mode de gestion

Dans son étude « Les prix des résidences autonomie en 2018 et 2019 », la CNSA pointe la forte hétérogénéité des tarifs d’hébergement appliqués d’un département à l'autre pour les résidences autonomie, et ceci quelle que soit la taille du logement.

Ainsi, en 2019, le coût médian d’un studio avec kitchenette en résidence autonomie s’élevait à 688 €, celui d’un studio avec cuisine isolée (T1) à 643 € et celui d’un deux pièces (T2) à 787 €. Dans l’Yonne, le prix médian mensuel pour un T1 avec kitchenette était inférieur à 379 € par mois tandis qu’il atteignait 1 523 € en Ariège. Le prix médian d’un deux pièces dans l’Aisne s’élevait à 519 € contre 2 153 € en Vendée.
Certains départements présentent en effet des tarifs plus élevés (Bretagne, Cantal, Bouches du Rhône), tandis que d’autres disposent de prix beaucoup plus faibles (Est, Nord, Normandie, Dordogne, Gironde). Comment expliquer ces disparités ?

Plusieurs facteurs permettent d'expliquer ces écarts. Les résidences les plus anciennes ont été construites dans les années 1970 ou 1980 et sont généralement administrées par des structures publiques type CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) ou par des gestionnaires à but non lucratif. Situées en milieu urbain, elles proposent des prix moins onéreux mais avec peu de prestations optionnelles.

On trouve également des résidences plus récentes, construites dans les années 1990 et généralement sous statut privé associatif. Implantées en milieu rural et habilitées à l’aide sociale, elles pratiquent des tarifs plus élevés, mais offrent un bouquet de services à la carte.

 

Un socle minimal de prestations

En application de la loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) du 28 décembre 2015, les résidences autonomie sont tenues, depuis le 1er janvier 2021, de proposer aux résidents une série de onze prestations dans leurs prix socle. Parmi celles-ci, la gestion administrative, l’accès à des services de restauration, blanchisserie, Internet, téléassistance, des espaces collectifs entretenus, des activités et animations en lien avec la prévention de la perte d’autonomie.

En 2019, 52 % des résidences autonomie intégraient déjà ces prestations devenues depuis depuis le début de l'année obligatoires.

Estimer le coût de son hébergement en résidence autonomie

Outre le prix de l’hébergement, le loyer d’une résidence autonomie comprend des charges locatives, comme par exemple l’entretien des parties communes. Comme indiqué ci-dessus, ce type d’hébergement offre un panel de services inclus ainsi que des prestations optionnelles qui entrainent un coût supplémentaire. Libre à chacun de choisir ses options.

Des aides au logement peuvent être sollicitées par les résidents pour aider au paiement du loyer :

  • L’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) pour les personnes en GIR 4 ou plus,
  • L’APL (Aide Personnalisée au Logement) si la résidence est conventionnée,
  • L’ALS (Allocation de Logement Sociale) si la résidence n'est pas conventionnée,
  • L’ASH (Aide Sociale à l’Hébergement).

 

Suivez-nous :-)