MENU

09 72 38 55 33 Service & appel gratuits

A A A
Santé & Vie pratique

Prothèses auditives 100 % remboursées de bonne qualité selon l’UFC-Que Choisir

Rédaction : Claire Viel - Mise à jour : 27 février 2020 à 15h55
Qualité d'écoute des prothèses auditives 100 % santé

Suite à la mise en place de la réforme 100 % santé, chaque audioprothésiste est tenu de mettre à disposition de ses clients des appareils qui, d’ici 2021, seront intégralement pris en charge par la sécurité sociale et les complémentaires santé. L’UFC-Que-Choisir a réalisé une série de tests afin de s’assurer de la qualité de ces audioprothèses entièrement remboursées. Bonne surprise, les résultats font état d’une qualité d’écoute équivalente aux modèles haut de gamme.

 

Des appareils auditifs accessibles à tous

Entrée en vigueur au 1er janvier 2020 pour l’optique et les soins dentaires, la réforme 100 % santé est progressivement étendue à l’aide auditive. L’objectif est de renforcer la politique de prévention en matière de santé et d’éviter le renoncement aux soins des personnes les plus modestes. À l’heure actuelle, seuls 35 % des malentendants sont en effet appareillés et les pouvoirs publics souhaitent étendre ce chiffre à 50 %. Ainsi, depuis 2019, les audioprothésistes proposent deux types d’appareils, les modèles de classe I ou d’entrée de gamme dont les tarifs sont plafonnés et les modèles de classe II considérés comme haut de gamme et dont la tarification est libre. Pour l’année 2020, les personnes ayant souscrit une complémentaire santé dite « responsable » (soit 95 % des Français) pourront bénéficier d’audioprothèses de classe I avec à un reste à charge maximal de 380 € pour une oreille et de 760 € pour un appareillage complet. À compter du 1er janvier 2021, l’intégralité des prothèses d’entrée de gamme sera remboursée pour un reste à charge zéro euro.

Véritable enjeu de santé publique, les pouvoirs publics mettent l’accent sur l’accès à un panel complet de soins qualitatifs. Ainsi, le reste à charge zéro en matière dentaire, d’optique et d’audition ambitionne d’offrir un « panier de soins de qualité » à la portée de tous. À ce titre, les audioprothésistes se doivent de proposer un large choix d’équipements auditifs –contours d’oreilles, appareil intra-auriculaires et micro-contours d’oreilles– offrant performance d’écoute et service après-vente adapté. Mais qu’en est-il vraiment ? Les audioprothésistes jouent-ils le jeu ? L’UFC-Que-Choisir a mené l’enquête.

 

Une qualité d’écoute équivalente aux prothèses haut-de-gamme

Publiée le 20 février dernier, l’enquête de l’UFC-Que-Choisir porte sur l’étude comparative de 13 prothèses auditives de classe I et II. L’association de consommateurs a cherché à savoir si les appareils auditifs estampillés « reste à charge zéro » étaient d’aussi bonne qualité que les audioprothèses classiques. Des tests ont été effectués dans plusieurs environnements sonores, calmes ou plus ou moins bruyants, afin de comparer, à l’aide d’un algorithme, l’intelligibilité et la qualité de la parole d’une voix féminine et d’une voix masculine. Ces essais ont ainsi été effectués en chambre sourde, dans une cuisine, au restaurant ainsi qu’en voiture. Chacune des prothèses testées avec un réglage de base assuré par un audioprothésiste en fonction d’un audiogramme de référence simulant une presbyacousie moyenne (la presbyacousie correspond à l’altération progressive de l’audition liée au vieillissement qui se manifeste généralement après 50 ans).

Les résultats de l’étude mettent en avant une qualité d’écoute similaire et des performances équivalentes sur les modèles d’entrée de gamme comme sur les modèles haut de gamme. Les principales différences de prix entre les deux gammes de modèles sont en fait liées aux caractéristiques pratiques et options proposées. Les appareils de classe I fonctionnent par exemple tous avec pile, là où ceux de classe II sont généralement équipés de batteries rechargeables. Les audioprothèses premium offrent généralement plus de précisions dans les réglages (réduction du bruit de fond, microphone directionnel) ainsi que la possibilité de programmer les appareils ou de les utiliser en bluetooth. Face à une offre d’appareils auditifs particulièrement dense, ce comparatif a vocation d’aider les personnes malentendantes à s’y retrouver. L’association pointe également l’importance du rôle de l’audioprothésiste auprès des consommateurs afin de présenter de manière objective les différents types de prothèses, leurs performances et leurs options.

Suivez-nous :-)