0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
Aide à domicile

Soins à domicile : le rapport à charge de la Cour des comptes

Rédaction : Annie Lamballe - Mise à jour : 22 février 2022 à 11h12
4.5 (12) - Temps de lecture estimé à : 2 minutes
cour des comptes

Dans son rapport sur les soins à domicile publié en janvier, la Cour des comptes pointe le fait que le virage domiciliaire tant annoncé par les pouvoirs publics est encore loin d'aboutir…

 

Une offre de soins insuffisante pour le maintien à domicile

Depuis 2005, les grands plans nationaux et les discours volontaristes des différents gouvernements ont sensiblement augmenté l'offre de soins, mais les carences restent importantes et ne permettent pas de répondre à des besoins de plus en plus prégnants. La part des places d'hébergement en institution est toujours majoritaire. Ainsi, les 2 125 structures de soins à domicile réparties sur l'ensemble du territoire représentent 20 places pour 1 000 personnes de plus de 75 ans, contre 102 places en EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes). Le constat est sans appel : avec 80 % des places proposées en structure, l'offre entre établissements et services à domicile est déséquilibrée.

En 2021, Brigitte Bourguignon, ministre déléguée chargée de l'Autonomie, déclarait que vieillir chez soi devrait devenir la règle et l'EHPAD l'exception. Mais force est de constater qu'en fonction des territoires, les patients n'ont la même garantie d'un accompagnement adapté et personnalisé.

Au regard du vieillissement de la population, les politiques de prise en charge de la dépendance menées jusque-là ne permettent pas de mettre un terme à la construction d'EHPAD. En continuant sur cette lancée, environ 108 000 places supplémentaires seront nécessaires d'ici 2030, selon une estimation de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques).

 

Développer le secteur des services à la personne

Les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD), dont la création est soumise à l'autorisation des Agences régionales de santé (ARS), sont un maillon incontournable du maintien à domicile. La Cour des comptes propose un renforcement de ces services, dont l'expansion a été freinée depuis quelques années pour préserver l'activité libérale. Toujours d'ici 2030, la création de 25 000 places en SSIAD et SPASAD (services polyvalents d'aide et de soins à domicile) serait nécessaire pour couvrir les besoins, ce qui suppose le recrutement d'environ 82 000 postes à temps plein.

La tâche s'annonce ardue, car l'embauche dans ce secteur est fortement impactée par le manque d'attractivité lié à un travail pénible, peu reconnu et mal rémunéré. Une réflexion est donc à mener sur les modes d'organisation des services, qui doit être améliorée pour gagner en transparence et en lisibilité, ainsi que pour offrir davantage de perspectives de carrière aux métiers du soin à domicile (notamment celui d'aide-soignant).

Outre la valorisation des actions de coordination des intervenants, en se calquant sur le modèle des SSIAD renforcés, l'accent devra être mis sur la régulation géographique. En effet, le choc démographique lié au vieillissement des baby-boomers n'est pas homogène sur le territoire, puisqu'on observe que 43 % des dépenses de soins infirmiers se concentrent sur neuf départements. Le rapport suggère donc de développer des outils afin de mieux répertorier les besoins et les coûts liés aux soins. L'utilisation d'indicateurs pertinents pour évaluer l'aspect qualitatif des soins permettra d'affiner la régulation médicale globale des dépenses, au moins au niveau de l'échelon départemental.

Cet article vous a-t-il été utile ?

4.5/5 - (12 avis)

Suivez-nous :-)