0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
Santé & Vie pratique

Grand-âge : les annonces du Gouvernement pour réformer le secteur

Rédaction : Claire Viel - Mise à jour : 27 septembre 2021 à 16h16
Jean Castex et Olivier Véran à Autun

Jeudi 23 septembre, Jean Castex a annoncé une série de grandes mesures pour améliorer la prise en charge des ainés. Le prochain projet de loi de Financement de la Sécurité sociale (PLFSS) prévoit en effet un investissement de 400 millions d’euros pour restructurer le secteur du grand âge et du handicap. Des mesures qui interviennent suite à l’annonce de l’abandon de la loi Grand âge et autonomie.

 

Une enveloppe de 400 millions d’euros pour le grand âge

C’est lors d’un déplacement à Autun en Saône-et-Loire, jeudi dernier, que Jean Castex a dévoilé son plan pour l’autonomie des personnes âgées en présence d’Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, et de Brigitte Bourguignon, ministre déléguée chargée de l'Autonomie.

Ces annonces font suite à l’abandon du projet de loi Grand âge et autonomie, maintes fois annoncé et maintes fois repoussé depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, au grand dam des acteurs du secteur. L’exécutif défend l’idée d’une réforme venant renforcer la création de la cinquième branche de la Sécurité sociale pour la dépendance sans avoir pour cela à passer par un texte de loi. Les mesures annoncées entrent donc dans le cadre du budget du PLFSS 2022 qui sera présenté en conseil des ministres le 6 octobre prochain.

Le Premier ministre a ainsi annoncé une enveloppe de 400 millions d’euros pour l’année 2022 pour un investissement global qui devrait atteindre 1,3 milliard d’ici 2025. Ce sont plusieurs axes majeurs d’actions qui ont été révélés pour soutenir le maintien à domicile ainsi que la vie en EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes).

 

Un tarif plancher pour l’APA

Afin d’harmoniser les tarifs des services à domicile intervenant auprès des personnes âgées ou handicapées, un seuil de 22 € de l’heure va être instauré pour l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) et la PCH (Prestation de Compensation du Handicap).

Jusqu’à présent, chaque département était en effet libre d’appliquer le taux que bon lui semblait, avec pour conséquence de fortes disparités dans la prise en charge de l’aide à domicile des personnes en perte d’autonomie. Ce sont ainsi 240 millions d’euros qui vont être débloqués par l’État pour parvenir à ce tarif plancher.

Les organismes d’aide à domicile pourront également bénéficier d’un financement de 3 € supplémentaire par heure lorsqu’ils s’engagent à former leurs personnels ou à proposer des prestations en soirée et/ou le week-end.

 

La création de 10 000 postes en EHPAD

Afin d’améliorer la prise en charge des résidents d’EHPAD, le Gouvernement a annoncé la création de 10 000 postes supplémentaires de soignants d’ici 2025 dans ces structures médicosociales.

Ces emplois viendraient s’ajouter aux 10 000 postes déjà créés depuis 2017, pour une hausse globale de 10 % des effectifs soignants entre 2017 et 2025. Les astreintes infirmières de nuit y seront par ailleurs généralisées ainsi que la présence d’un médecin coordonnateur deux jours par semaine a minima.

On note également une remise à plat de la rémunération des soins infirmiers avec une enveloppe de 130 millions d’euros. L’objectif étant de mobiliser plus du temps pour les interventions auprès des seniors et des personnes handicapées.

 

Une prime universelle pour adapter le logement au vieillissement

Jean Castex a également souligné l’importance de l’adaptation des logements pour assurer le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie. Le chef du Gouvernement a par ailleurs mis en avant la complexité des dispositifs d’accompagnement actuels.

Mission a donc été confiée à Emmanuelle Wargon et à Brigitte Bourguignon de définir les contours d’une nouvelle aide universelle : MaPrimAdapt’. Des annonces devraient donc intervenir à ce sujet en début d’année prochaine.

 

Suivez-nous :-)