0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
Santé & Vie pratique

Vieillir chez soi coûte de plus en plus cher

Rédaction : Sophie Dolleans - Mise à jour : 10 décembre 2021 à 16h07
4.6 (12) - Temps de lecture estimé à : 4 minutes
Le coût du maintien à domicile en hausse

Souhait d’une majorité de Français, vieillir chez soi implique toutefois un coût conséquent.
Frais de santé, services d’aide à la personne, adaptation du logement… En France, on estime que pour se maintenir à domicile dans des conditions de confort et de sécurité optimale, il faut compter une somme de 1 090 € en moyenne chaque mois. Un budget qui a augmenté de 3,49 % pour l’année 2021 selon le baromètre Retraite.com et Silver Alliance, au regard de l'étude menée en 2020.
Quelles sont les principaux postes dépenses des seniors ? Quel est l’impact de l’avancée en âge sur le coût du maintien à domicile ?

 

Vieillir chez soi : un coût qui augmente avec l’âge

Si vieillir chez soi implique un coût de plus en plus important, il faut également savoir que les dépenses augmentent avec l’âge.

Ainsi, pour les retraités de 65-75 ans, les dépenses pour se maintenir à domicile représentent un montant moyen de 583 € par mois. Un coût qui demeure stable par rapport à 2020 (584 € par mois). Bien entendu, cette somme dépend du type de services souhaités et oscille entre 265 € et 837 € en fonction du type de prestations sollicitées.

Pour la tranche d’âge 75-85 ans, les dépenses mensuelles s’élèvent à 748 € (contre 740 € en 2020) avec un coût qui varie de 402 € à 1 099 € par mois. Les plus de 85 ans doivent quant à eux faire face à des montants plus importants. Cette somme est ainsi évaluée à 1 939 € par mois en moyenne (contre 1 836 € en 2020) pour un écart allant de 1 010 € à 2 849 € mensuels en fonction des besoins du senior.

On constate d’une part que le coût du maintien à domicile augmente avec l’âge notamment en raison de l’augmentation du risque de perte d’autonomie. Or, la prise en charge de la dépendance s’avère particulièrement onéreuse. D’autre part, si le coût global des services a augmenté de 3,49 % toutes tranches d’âge confondues, la hausse est seulement de 1,01 % pour les 75-85 mais représente 5,56 % pour les plus de 85 ans. En revanche, le chiffre régresse légèrement pour les 65-75 ans.
Comment expliquer ces écarts ?

 

Les principaux postes de dépense du maintien à domicile

Si le coût du maintien à domicile augmente avec l’âge, c’est parce différents postes de dépenses sont sollicités lorsque l’on vieillit.

Quelle que soit la tranche d’âge, les frais de santé ont augmenté pour tous. Cette hausse a été toutefois été contrebalancée par la mise en œuvre du 100 % Santé. Déployé progressivement entre 2019 et 2021, ce dispositif permet de bénéficier d’un panier de soins dentaires, optiques et auditifs sans reste à charge.

En avançant en âge, les seniors se trouvent bien souvent confrontés à une perte d’autonomie. Maladie chronique, perte musculaire, baisse de la vue… Ces difficultés entraînent le recours à des services à la personne et des prestations de maintien à domicile : aide à l’autonomie, ménage à domicile, repassage à domicile, portage de repas, garde de nuit, téléassistance… À partir de 85 ans, cet accompagnement constitue même le premier poste de dépenses. Or, ces services présentent une hausse de 5 % par rapport à 2020 en raison notamment de la crise de la covid-19 et de l'achat d'équipements pour les personnels (masques, gel hydroalcoolique...).

L’âge entraînant généralement des troubles de la mobilité, il devient très souvent nécessaire de s'équiper et d’adapter son logement, notamment pour prévenir le risque de chute. Or, qu’il s’agisse d’aides techniques (rehausseur, barre de maintien, déambulateur, fauteuil releveur…) ou d’équipements lourds (monte-escalier, remplacer sa baignoire par une douche sécurisée…), les prix ont augmenté de 10 %. En cause, la hausse du coût des matières premières et de l’énergie pour acheminer le matériel.

Notons toutefois que malgré ces augmentations, le maintien à domicile se révèle plus économique que le placement en EHPAD (Établissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes). Face à ces hausses en cascade, de maigres consolations : la hausse des pensions de retraite de 1,1 % au 1er janvier et la prime inflation de 100 € pour toute personne percevant moins de 2 000 €.

Cet article vous a-t-il été utile ?

4.6/5 - (12 avis)

Suivez-nous :-)