0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
4.3 (9)

Placements au fonctionnement similaire, le PER (Plan Épargne Retraite) et l’assurance-vie permettent de se constituer une épargne. Quels sont les ponts communs et différences entre ces deux produits financiers ?

 

Quels points communs entre un PER et une assurance-vie ?

Outils permettant d’épargner, le plan épargne retraite individuel ou PERin et l’assurance-vie possèdent plusieurs similitudes.

Les deux placements proposent une grande souplesse tant dans la souscription que dans l’administration. Aucune condition d’âge n’est requise. Idem concernant le statut professionnel (salarié, retraité, travailleur non salarié).

Le souscripteur bénéficie également d’une grande liberté dans le rythme et le montant des versements. Comme pour le livret A, il n’y a pas de plafond et il est possible de verser les sommes de façon programmée et récurrente ou libre et ponctuelle.

PER et assurance-vie partagent également cette même liberté dans le choix du mode de gestion (personnelle ou pilotée) et des supports d’investissement dont le potentiel de rendement est fonction des risques pris : placement en unité de compte (UC) ou euro.

Par ailleurs, les deux produits d’épargne laissent le choix du mode de sortie au souscripteur : en rente viagère, en capital ou un panachage des deux solutions.

Enfin, le signataire du contrat a la possibilité de désigner librement les bénéficiaires à qui seront versée l’épargne en cas de décès.

 

PER ou assurance-vie : comment choisir ?

Principale différence, même si chacun de ces produits répondent à un objectif commun, celui d’épargner, la finalité de l'épargne est différente.

Pour le PER, il s’agit de s’assurer d’un complément de retraite. L’épargne est bloquée jusqu’au départ en retraite.

L’assurance-vie vise quant à elle à constituer un capital pour financer des projets d’une autre nature (projet de travaux, succession, études des enfants…).

D’autres différences entre une assurance vie et PER sont tangibles, sous-tendues par l’objectif poursuivi par chacun des dispositifs :

La disponibilité des fonds investis : le PER est considéré comme « produit tunnel » du fait de l’indisponibilité des fonds jusqu’au départ en retraite du détenteur alors que l’assurance-vie offre la possibilité d’un déblocage à tout moment, avec une incitation fiscale à les garder 8 ans.

em>Bon à savoir : Plusieurs exceptions limitées et encadrées (accidents de la vie) permettent cependant le déblocage anticipé des fonds de son PER.

La déductibilité fiscale des versements est un plus majeur du PER –d’autant plus intéressant que les revenus sont élevés– visant à fortement encourager l’épargne en vue de la retraite. L’assurance-vie n’apporte, quant à elle, aucun avantage fiscal pendant la vie du contrat.

Contrepartie de cette absence d’intérêt immédiat de l’assurance-vie sur le plan fiscal, cette dernière s’avère plus favorable lors de la sortie des fonds (abattement important sur la rente, fiscalité moindre de la sortie en capital après 8 ans de détention, régime successoral plus favorable) par rapport à l’imposition applicable à ceux ayant bénéficié de la déductibilité des versements dans le cadre du PER.

Cette FAQ vous a-t-elle été utile ?

4.3/5 - (9 avis)

Suivez-nous :-)