0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
Retraite & Patrimoine

Les pensions Agirc-Arrco sous-indexées à partir de novembre

Rédaction : Claire Viel - Mise à jour : 19 août 2021 à 11h36
Les pensions Agirc-Arrco sous-indexées EN 2021

Mauvaise nouvelle pour les pensionnés du secteur privé, les pensions complémentaires versées par l'Agirc-Arrco vont être sous-revalorisées le 1er novembre prochain ainsi que l’année suivante.
Une décision liée au déficit de la caisse complémentaire dans un contexte de crise sanitaire.

 

Les pensions revalorisées sous l’inflation

Signé en 2019, l'Accord national interprofessionnel (ANI) avait décrété l’indexation des pensions complémentaires sur l’inflation pour 4 ans afin de préserver le pouvoir d’achat des retraités. Négocié par les partenaires sociaux entre les mois de juin et juillet derniers, un avenant de l’ANI a décidé de sous-revaloriser les pensions en-deçà de l’inflation à hauteur de 0,5 point sur deux ans. Or, les prévisions tablent sur une hausse de l’inflation de 1,4 % pour 2021. L’objectif ? Préserver les finances du régime afin d’être en mesure de disposer de 6 mois de réserves pour verser les prestations.

Plusieurs organisations syndicales (CGT, FO et la CFE-CGC) ont dénoncé cette décision qui devrait cependant être adoptée mi septembre. L’augmentation des pensions devrait donc se situer autour de 0,9 % à partir du mois de novembre. Si la baisse est minime –quelques euros par mois– elle pourrait se révéler lourde de conséquences pour les retraités les plus modestes.

 

Un déficit de 4,5 milliards pour l’Agirc-Arrco

Les comptes de l'Agirc-Arrco se sont dégradés en 2020 en raison de la crise sanitaire. L’organisme avait pourtant réussi à retrouver l'équilibre financier en 2019, cependant, à la suite du premier confinement, la caisse a décidé de geler le point d’indice en 2020. En effet, de nombreuses entreprises ont été touchées par une baisse d’activité et ont dû avoir recours au chômage partiel. La baisse des cotisations sociales a entraîné un déficit de 4,5 milliards d’euros dans les caisses du régime.

En raison de la diminution des réserves de la caisse complémentaire, les partenaires sociaux ont dû trouver des compromis et s’entendre sur un plan de secours. Si l’âge de départ à la retraite ou l’augmentation des cotisations ont rapidement été écartés, c’est donc le niveau de revalorisation des pensions qui a été retenu, sans toutefois faire l’unanimité chez les syndicats...

 

Suivez-nous :-)