0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
Être rappelé
Rédaction : Jade Marrot - Mise à jour : 21 avril 2023 à 14h23

Temps de lecture estimé à : moins d'une minute

Qu’est ce que le cholestérol?

Fabriqués par notre organisme, le cholestérol fait partie de la famille des lipides, c’est-à-dire des corps gras, un composant essentiel des membranes de nos cellules. Sécrété à 75 % par notre foie, l’alimentation est également un facteur essentiel de production du cholestérol.

Le rôle du cholestérol dans notre organisme est majeur puisqu’il favorise la formation des synapses dans notre cerveau. Ce lipide est également indispensable pour le développement de la bile qui permet la digestion des graisses alimentaires. Notre organisme le sollicite également dans la sécrétion de vitamine D. Lorsque le taux de cholestérol est anormalement élevé, on parle d’hypercholestérolémie, c’est-à-dire d’une présence élevée de graisses dans le sang.

Le cholestérol n’est pas une maladie par essence, mais ce dernier peut provoquer des pathologies cardiovasculaires telles que la coronaropathie, un infarctus ou un AVC (accident vasculaire cérébral).

Les deux types de cholestérol

Le cholestérol HDL ou « bon cholestérol »

Le cholestérol HDL (high-density lipoprotein) est appelé bon cholestérol car il permet de réguler la fabrication de cholestérol en excès en le guidant vers le foie qui l’élimine grâce à l’action de la bile. Les HDL ont le pouvoir de nettoyer nos artères qui concentrent parfois trop de dépôts lipidiques.

Un taux de cholestérol HDL dit normal est compris entre 0,40 g/L et 0,60 g/L, un taux en dessous de 0,35 g/L est considéré comme dangereux puisqu’il augmente les risques de maladies cardiovasculaires. À contrario, un taux plus élevé permet de protéger l’organisme en diminuant le risque de pathologies cardiovasculaires.

 

Le cholestérol LDL ou « mauvais cholestérol »

Le cholestérol LDL (low-density lipoprotein) est appelé mauvais cholestérol car il est à l’origine de l’apparition de plaques d’athérome, c’est-à-dire de dépôts graisseux sur les parois artérielles internes. Un taux anormalement élevé de cholestérol LDL favorise les risques cardiovasculaires.

En temps normal, le taux de cholestérol LDL présent dans notre organisme ne doit pas excéder les 1,3 g/L.

Le taux de cholestérol total représente le taux de cholestérol HDL et LDL en comprenant également ⅕ du taux de triglycérides, ce taux total ne devant pas dépasser les 2 g/L.

Quels sont les symptômes du cholestérol ?

Présenter un taux de cholestérol élevé ne se manifeste pas par des symptômes à proprement parler. En revanche, l’accumulation de corps graisseux en lien avec un taux de cholestérol élevé peut être à l’origine de maladies cardiovasculaires.

Certains signes peuvent toutefois vous alerter lorsque votre taux de cholestérol est trop important : douleurs aux mollets, sensation de froid aux extrémités, sensation d’oppression dans la poitrine, vertiges, trouble de la vue et du sommeil, difficultés d’élocution ou encore nausées et vertiges.

Quelles sont les causes du cholestérol ?

L’hygiène de vie

L’hygiène de vie est l’un des facteurs essentiels dans l’augmentation du cholestérol : sédentarité, tabac, stress, obésité… Tous ces éléments impactent le taux de cholestérol.

L’alimentation est également une cause majeure de l’augmentation du cholestérol, il est important de les connaître afin de réguler leur consommation. Les produits laitiers tels que les fromages gras, le beurre, la crème ou le lait entier sont des aliments qui augmentent le taux de cholestérol.

La viande transformée (saucisse, foie gras, charcuterie…), les fritures, les pâtisseries et viennoiseries, les aliments transformés, l’huile de palme, le jaune d’œuf, les fruits de mer (crevette, crabe) sont également des aliments à éviter en cas de cholestérol élevé.

Bon à savoir : Le diabète et l’hypertension ont tendance à faire augmenter le taux de mauvais cholestérol et à réduire le bon.

 

Le facteur héréditaire

Le cholestérol peut être héréditaire. Si l’un des deux parents souffre d’excès de cholestérol, la probabilité que son descendant soit également atteint d’hypercholestérolémie est de 50 %. En France, c’est près de d’une naissance sur 500 qui est concernée par le problème.

Plus rare, si les deux parents sont tous deux atteints d’hypercholestérolémie, l’enfant peut hériter dans certains cas d’un taux de cholestérol élevé pouvant atteindre les 6 g/L dès la naissance, ce qui peut engendrer de lourdes conséquences cardiovasculaires dès l’âge de 10 ans.

 

Âge et cholestérol

Le mauvais cholestérol a tendance à augmenter avec l’âge. En effet, avec les années, les substances grasses se stockent de plus en plus dans les artères et sont plus difficilement détruites par le foie. Il est conseillé de faire des prises de sang tous les 5 ans à partir de l’âge de 20 ans et de réaliser un bilan lipidique annuel lorsque l’on est senior.

Le poids et le sexe peuvent également influer sur le taux de cholestérol. Les hommes sont notamment plus sujets à un excès de cholestérol que les femmes.

Comment faire baisser le cholestérol ?

Les aliments anti cholestérol

L’alimentation joue un rôle extrêmement important dans la baisse du taux de cholestérol.

Il existe plusieurs catégories d’aliments à privilégier : les légumes, les tisanes sans sucre, les lentilles ou les yaourts natures sont des aliments à consommer sans aucune restriction.

Certains aliments tels que les amandes, les noix, l’avocat, les pommes, les sardines ou encore les pois chiches sont qualifiés d’anti cholestérol.

Le poisson, les huiles d’assaisonnement, les fruits, les céréales complètes, le pain complet, les laitages demi-écrémés sont des aliments à consommer de façon normale, sans excès, afin de ne pas augmenter son taux de cholestérol.

Les fibres et les omégas 3 sont, quant à eux, considérés comme des alliés dans un régime anti cholestérol.

 

Limiter certains aliments

Certains aliments sont à consommer avec prudence lorsque l’on possède un taux élevé de cholestérol. Il s’agit notamment des œufs, des produits contenant des sucres ajoutés, du fromage ou des laitages entiers.

Enfin, il est recommandé de ne consommer que de façon occasionnelle et en faible quantité la charcuterie, les plats en sauce, les fritures ou l’alcool.

 

Pratiquer une activité physique

Les études montrent qu’une personne qui pratique une activité physique de façon régulière augmente son taux de bon cholestérol de 30 % de plus (en moyenne) qu’une personne sédentaire.

Il est recommandé de choisir une activité adaptée (marche, aquagym, gymnastique douce, vélo…) et de la poursuivre pendant au moins 3 mois avant de voir son taux de cholestérol diminuer.

Quels traitements contre le cholestérol ?

Traitement des dyslipidémies

Si vous êtes sujet à une maladie cardiovasculaire liée à un taux trop élevé de cholestérol vous pouvez suivre un traitement des dyslipidémies qui se base sur une évaluation personnalisée des risques cardiovasculaires en fonction de l’âge, du poids, de la taille.

Ce type de traitement consiste à corriger les anomalies lipidiques en faisant baisser le taux de cholestérol LDL par la prise de médicaments hypolipémiants.

 

Les statines

Contenant une enzyme inhibitrice  de la HMG-CoA réductase, les statines constituent le traitement de référence pour réduire son taux de cholestérol. Le médicament permet de bloquer la production de mauvais cholestérol par le foie.

Généralement bien toléré, ce type de traitement hypolipémiant peut parfois provoquer des effets indésirables (douleurs musculaires, crampes, troubles digestifs, maux de tête…).

Il existe plusieurs alternatives aux statines :  l’ézétimibe (inhibe l’absorption intestinale), la niacine, le policonasol (empêche l’oxydation du LDL), les fibrates ou les résines telle que la colestyramine.

Quand faire une analyse de son taux de cholestérol ?

Les hommes ont tendance à avoir un taux de cholestérol plus élevé que chez les femmes. C’est pourquoi il est recommandé aux hommes de plus de 40 ans de faire un dépistage de cholestérol. Pour les femmes, ce dépistage peut se faire à partir de 50 ans, ou plus tôt en cas de ménopause.

Pour les personnes présentant du diabète, de la tension artérielle, une maladie vasculaire, un anévrisme ou encore une maladie rénale, il est également conseillé de réaliser un suivi régulier de son taux de cholestérol.

Ce guide vous a-t-il été utile ?

4.3/5 - (677 avis)

Les autres pages du guide

Arthrose : définition, symptômes et traitements

Arthrose : définition, symptômes et traitements

AVC : accident vasculaire cérébral, causes et symptômes

AVC : accident vasculaire cérébral, causes et symptômes

Le glaucome

Le glaucome

La cataracte

La cataracte

L'ostéoporose

L'ostéoporose

DMLA : définition, symptômes et traitements

DMLA : définition, symptômes et traitements

Hypertension artérielle : symptômes, causes et traitements

Hypertension artérielle : symptômes, causes et traitements

Infarctus du myocarde : causes, symptômes et traitements

Infarctus du myocarde : causes, symptômes et traitements

Diabète de type 2 : causes, symptômes et traitement

Diabète de type 2 : causes, symptômes et traitement

Arthrite : causes, symptômes et traitements

Arthrite : causes, symptômes et traitements

Abonnez vous à la newsletter Recevez toutes les actus Bonjour Senior