MENU
Diminuer la taille de police Augmenter la taille de police
Rappel gratuit Rappel gratuit
Rédaction : Emmanuelle Martin - Mise à jour : 09 avril 2019 à 13h26

L’état de santé et le niveau de dépendance de la personne âgée

L’idée d’un hébergement adapté est souvent induite par un besoin d’assistance pour effectuer certains actes de la vie quotidienne. Mesuré par les grilles AGGIR et AVQ, le niveau de dépendance est un indicateur fort de la structure à choisir :

  • Lorsque le besoin d’assistance est faible, la personne pourra s’orienter vers une maison d’accueil ou une résidence autonomie (ou résidence services seniors) ;
  • Au cas de dépendance plus marquée, assortie de la nécessité d’un suivi médical adapté, elle sera prise en charge dans une structure médicalisée (EHPAD, unité de soins de longue durée).

 

La localisation géographique

La localisation est un élément primordial pour le bien-être de la personne âgée, qui doit pouvoir recevoir les visites de son entourage. A défaut de proximité familiale, la structure doit être accessible facilement (réseau routier, ferré, transports en commun).

Rester dans son environnement familier peut également aider la personne à s’adapter à cette nouvelle vie : le MARPA (maison d’accueil rural pour les personnes âgées) est une alternative qui permet d’éviter le déracinement.

Le besoin : hébergement temporaire ou définitif ?

Lorsque le maintien à domicile n’est pas envisageable pour un temps donné (par exemple, en cas de travaux ou à la suite d’une hospitalisation), il est possible d’être accueilli temporairement dans un EHPAD. Également lorsque la personne souhaite essayer ce mode d’hébergement et se familiariser avec les lieux avant d’envisager une installation définitive.

L’hébergement temporaire est aussi proposé dans les MARPA (par exemple lors d’un été ou durant un trimestre), pour voir si l’environnement comme le mode de vie en collectivité conviennent à la personne.

Le confort de vie

Selon sa situation personnelle, il est important que la personne âgée puisse choisir une chambre simple ou un appartement individuel, et décider, si la structure le permet, d’y résider seule ou avec son conjoint.

Pour les personnes peu dépendantes, la possibilité d’une certaine autonomie pour les loisirs personnels (navette permettant d’aller au cinéma, au salon de thé, en ville, etc.) sera un facteur à prendre en compte, de même que les différents services proposés (ex : pressing, ménage, restauration individuelle).

Enfin, le cadre de vie, la sécurité du lieu, la climatisation des chambres et des espaces communs, tout comme le comportement du personnel, sont des éléments à ne pas négliger.

Le prix

Le coût d’un hébergement en maison de retraite varie selon les régions et le niveau de prestations proposées. Il est donc nécessaire d’établir un budget au préalable, en comptabilisant :

– la retraite mensuelle

– son épargne disponible

– les différentes allocations (APA, aide au logement, etc.)

– la participation financière éventuelle de ses proches.

Le budget mensuel disponible orientera le choix vers une structure d’accueil publique ou privée, avec ou sans services optionnels.

Consultez le guide des prix 

Les activités proposées au sein de l’établissement

Enfin, pour que l’entrée en maison de retraite ne soit pas synonyme de mise à l’écart et favorise l’interaction sociale, il est essentiel que l’établissement propose des animations collectives (club de bridge, soirées dansantes, sorties découvertes, ateliers, etc.).

Un incontournable : la visite préalable

Afin d’évaluer l’ensemble de ces critères, il est indispensable de visiter l’établissement souhaité avant toute inscription. Cela permet à la personne concernée ou à sa famille de vérifier :

– l’état et la propreté des lieux,
– l’adéquation des prestations proposées aux besoins de la personne,
– le sérieux du suivi médical,
– la sécurité des installations,
– la facilité d’accès,
– l’ambiance générale qui se dégage du lieu.

Suivez-nous :-)