0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
Rédaction : Emmanuelle Martin - Mise à jour : 09 avril 2019 à 13h27

Combien coûte une maison de retraite médicalisée (EHPAD) ?

Le tarif d’un EHPAD est fonction de trois variables :

  • Le coût de l’hébergement (prestation hôtelière, gestion administrative, blanchisserie, animations proposées par l’établissement) : à la charge du résident, il peut donner lieu à l’attribution d’allocations logement (APL, ALS, Aide Sociale à l’Hébergement),
  • Les coûts liés à la situation de dépendance (ou « tarif dépendance », qui sert d’assiette au calcul de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie),
  • Les soins de santé (prestations médicales et paramédicales) sont directement pris en charge par l’Assurance maladie.

À savoir : Il conviendra de se faire préciser, avant la signature du contrat de séjour en EHPAD, les prestations comprises dans le forfait journalier (susceptibles d’être couvertes par les aides) et celles facturées en plus (produits de toilette, télévision et accès internet, sorties, soins esthétiques).

Le tarif d’un EHPAD se décompose en trois éléments de nature différente selon qu’ils portent sur l’hébergement, les soins ou la dépendance. Peuvent s’y ajouter des prestations facultatives.

 

Le tarif « hébergement »

Il comprend la prestation hôtelière – logement, restauration, entretien des locaux, chauffage -, la gestion administrative et les animations proposées par l’établissement. À la charge du résident, il peut donner lieu à l’attribution d’allocations logement (APL, ALS, Aide Sociale à l’Hébergement).

À savoir : Il convient de se faire préciser, avant la signature du contrat de séjour en EHPAD, les prestations comprises dans le forfait journalier (susceptibles d’être couvertes par les aides) et celles facturées en plus.

Les tarifs des EHPAD sont publiés chaque année, et varient considérablement selon le département de l’établissement. En 2019, il ressortait d’une enquête réalisée par la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie) que le prix mensuel médian d’une place en EHPAD s’élevait à 2 004 euros (61,11 euros pour une chambre individuelle), avec des écarts s’avérant importants. Ainsi, sur la base du tarif « hébergement » et du tarif « dépendance » le moins élevé, les coûts allaient de moins de 1 724 euros par mois pour les 10% les moins chers à plus de 2 900 euros pour les 10% les plus chers.

L’annuaire en ligne des EHPAD proposé par le gouvernement et la CNSA permet, en fonction de la localité choisie, de visualiser rapidement les différents tarifs des établissements de votre département.

Une actualité à suivre ? Dans le cadre de la réflexion menée par le gouvernement sur le Grand Âge et l’Autonomie, une mesure visant à la dégressivité des tarifs des EHPAD en fonction des revenus du résident est actuellement à l’étude.

Voir le rapport Libault

 

Le tarif « soins »

Les soins de santé (prestations médicales et paramédicales) sont directement pris en charge par l’Assurance maladie et versés directement à l’EHPAD. Il s’agit des soins dits techniques (prestations médicales et paramédicales liées aux pathologies des résidents) et des soins de base (entretien, hygiène). Les visites et consultations des médecins traitants ne sont toutefois pas comprises dans le tarif « soins » et restent à la charge des résidents dans les conditions habituelles de remboursement par l’Assurance maladie.

 

Le tarif « dépendance »

Il correspond aux frais liés à la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes âgées résidentes (assistance aux repas, aux gestes de la vie quotidienne, etc.). Le tarif est fonction du niveau de dépendance (grille AGGIR) et donne lieu à une couverture totale ou partielle par l’APA (allocation personnalisée d’autonomie).

 

Les autres prestations à la charge du résident

Elles varient selon les établissements mais on peut les énumérer ainsi : produits pour la toilette personnelle, prestations de coiffeur et de soins esthétiques, abonnement téléphonique et internet, poste de TV, repas des invités, sorties, etc. L’entretien du linge du résident n’est pas systématiquement inclus dans le tarif « hébergement » et peut devoir être acquitté en sus. Le tarif de ces différentes prestations doit être communiqué en annexe du contrat de séjour.

Quels sont les tarifs des autres types d’hébergement ?

Les résidences services seniors

Ces structures proposent des logements adaptés aux seniors en situation d’autonomie (ou de semi-autonomie) leur permettant de concilier liberté et sécurité dans un environnement favorable destiné à faciliter leur quotidien (présence de prestations intégrées de gardiennage, entretien des locaux, espaces collectifs, salle de sport, et de services « à la carte » tels que restauration, téléassistance, pressing, aide à la personne, ménage, soins « bien-être », etc.). Trois composantes en déterminent le prix :

  • Le loyer qui sera aligné sur le marché local et donc fonction de la situation géographique, de la taille (du studio au T3) et du standing du logement,
  • Les charges locatives (eau, chauffage, entretien des parties communes, conciergerie),
  • Les services « à la carte ».

Selon la localité, les enseignes et les services proposés, le montant mensuel de la location (y compris les charges et services intégrés) peut être estimé de 1 000 à 1 500 € pour un studio et de 1 500 à 2 000 € pour un deux-pièces.

Les seniors faisant le choix de la résidence services peuvent être éligibles à certaines aides telles que l’APL (aide personnalisée au logement) et l’APA (aide personnalisée d’autonomie) pour une part des services liés à la diminution de l’autonomie (téléassistance, aide à domicile). Ils ne peuvent en revanche percevoir l’ASH (aide sociale à l’hébergement) qui suppose que la structure accueillant des personnes âgées soit habilitée à recevoir des bénéficiaires de l’aide sociale.

 

Les MARPA

Situées en dehors des zones urbaines, ces Maisons d’accueil et de résidence pour l’autonomie des personnes âgées sont un intermédiaire entre la résidence autonomie et l’EHPAD. Non médicalisées, elles sont généralement gérées ou dépendantes d’un Centre Communal d’Action Sociale. Ces petites structures à but non lucratif proposent donc des tarifs inférieurs aux prix des résidences seniors.

Le coût mensuel du logement varie selon la situation géographique et la composition du tarif (inclusion ou non du repas) : il faudra ainsi compter en moyenne 1 400€/mois (le réseau MARPA, qui recense l’ensemble des maisons d’accueil rural par département, s’engage sur des logements à partir de 900€/mois, comprenant redevance locative et charges mutualisées).

APL, APA et ASH peuvent être versées aux résidents des MARPA qui en remplissent les conditions.

 

Les unités de soins spécialisées

Les unités de soins longue durée (USLD), destinées aux personnes âgées nécessitant une surveillance médicale accrue, ainsi que les unités d’hébergement renforcé (UHR), pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de troubles neuro-végétatifs, sont tarifées sur le modèle des EHPAD, en prenant en compte le coût de l’hébergement, celui de la dépendance et des soins de santé. Compte tenu de la forte perte d’autonomie des personnes âgées résidentes de ces structures, le niveau élevé  du tarif dépendance appliqué aura un impact sur le coût global du séjour par rapport au prix moyen indiqué pour les EHPAD (2 004 euros en 2019).

APL, APA et ASH peuvent être versées aux résidents de ces unités de soins spécialisées qui en remplissent les conditions.

 

L’hébergement en famille d’accueil

Offrant à une personne âgée (ou handicapée) la possibilité d’être accueillie au domicile d’un tiers – l’accueillant familial –, ce dispositif constitue une solution intermédiaire entre le maintien à domicile et l’hébergement collectif en établissement. Très encadré, l’accueil familial doit répondre à un certain nombre d’exigences visant à garantir la santé, la sécurité et le bien-être physique et moral des seniors accueillis. Résidant au domicile d’un hôte agréé par les services du département, la personne âgée bénéficie ainsi, dans un environnement chaleureux, stimulant et familial, d’un service d’hébergement et de restauration ainsi que d’un accompagnement dans ses sorties et pour les gestes du quotidien. Un contrat en définit les différentes conditions.

Le tarif comprend plusieurs éléments (rémunération pour services rendus, indemnité de congés payés, loyer et indemnité d’entretien, indemnité pour sujétions particulières liées à la perte d’autonomie) dont certains sont réglementés. En moyenne, il est évalué entre 1 500 et 1 800 € soit environ 50% du coût d’un hébergement en EHPAD.

APL, APA et ASH peuvent être versées aux personnes âgées bénéficiant d’un accueil familial qui en remplissent les conditions. Un crédit d’impôt à hauteur de 50% des sommes versées au titre de la rémunération de l’accueillant peut en outre leur être accordé.

Suivez-nous :-)