MENU

09 72 38 55 33 Service & appel gratuits

A A A
Sommaire Sommaire
Publié le : 17 juin 2020 - Dernière mise à jour le : 24 juin 2020

Présentation

Face au risque de déshydratation, de déséquilibre alimentaire et même de dénutrition, le recours à un service d’aide au repas peut s’avérer indispensable pour les personnes âgées ayant perdu appétit, la sensation de faim et de soif ou dont l’autonomie s’avère insuffisante pour s’alimenter seules. Ce service leur permet ainsi de demeurer à domicile malgré une perte de mobilité physique ou une atteinte neurodégénérative.

Grâce à la présence quotidienne d’une tierce personne, une auxiliaire de vie, l’aide au repas permet de rompre la solitude des seniors, de leur apporter un lien social et des moments de convivialité, positifs pour l’humeur, le moral et source de stimulation intellectuelle.

Les différentes prestations d’aide au repas

Avant toute chose, l’assistance au repas a pour objectif de permettre à la personne âgée de s’alimenter de façon équilibrée et régulière et de veiller à ce qu’elle ne souffre pas de carences en éléments nutritionnels nécessaires à sa santé.

Le service se décline en plusieurs prestations :

Illustration aide aux courses

Aide aux courses

De l’établissement de la liste de provisions à l’accompagnement de la personne âgée lors de ses achats ou encore à la réalisation des courses lorsque le senior rencontre des difficultés à se déplacer, l’assistance aux courses permet de réaliser les emplettes et achats essentiels qu’ils soient alimentaires, médicaux ou ménagers.

Illustration préparation des repas

Préparation des repas

Avec le souci constant d’une alimentation équilibrée et adaptée au régime de la personne âgée (régime sans sel, diabétique, éventuelles difficultés de mastication ou d’ingestion…), l’auxiliaire de vie assure ou accompagne la préparation du repas, source de risques (coupures, brûlures…) pour le senior, avant de prendre en charge la vaisselle, le rangement et le nettoyage de la cuisine.

Illustration prise des repas

Aide à la prise des repas

L’auxiliaire participe à la prise du repas et veille à en faire un moment convivial tout en s’assurant de la bonne hydratation et de la prise des médicaments.

Elle assiste la personnes âgée dans certains gestes devenus difficiles (couper la viande, éplucher un fruit…) et peut être amenée à alimenter les seniors en situation de dépendance.

Illustration portage des repas

Portage de repas

Le portage de repas à domicile permet de bénéficier de repas complets et équilibrés livrés directement chez soi sous forme de plateaux-repas à réchauffer.

La personne bénéficiaire choisit ses menus chaque semaine ainsi que le nombre de repas souhaités. Les régimes alimentaires et allergies sont pris en compte. Les plateaux repas du week-end sont généralement livrés le vendredi.

Quelles sont les modalités du service ?

Différentes modalités d’intervention permettent de faire appel à un service d’aide ou de portage des repas :

  • Emploi direct : La personne âgée est l’employeur. Elle choisit et recrute l’intervenant dont elle assure l’entière gestion administrative et juridique : Déclarations, établissement des bulletins de salaire, calcul des droits (ancienneté, congés…), versement du salaire… Afin de lui faciliter cette tâche, le senior peut avoir recours au CESU (Chèque Emploi Universel Service).
  • Prestataire de services : Ce service prend en charge, contre rémunération, le recrutement, le suivi et la gestion d’une personne qualifiée pour intervenir à domicile. Contrôlé par le département, le prestataire de services bénéficie du statut de service médico-social et doit remplir des obligations réglementaires strictes. Ses tarifs sont encadrés. La personne bénéficiaire du service règle le montant correspondant à la consommation des heures travaillées.
  • Mandataire : En échange du paiement de sa prestation, ce service traite les questions administratives et juridiques relatives à l’employé, cependant la personne âgée demeure l’employeur et assure la rémunération de l’intervenant.

Comment faire le bon choix ?

Le choix du contenu et des modalités du service d’aide au repas est étroitement lié à la situation, à l’état de santé et au niveau d’autonomie de la personne âgée à accompagner. Il est ainsi recommandé de dresser la liste précise des prestations nécessités pour assurer le confort et le bien-être alimentaire du senior au quotidien.

Quelques préalables sont ainsi à prendre en compte :

  • Prendre le temps d’analyser précisément les besoins de la personne âgée : Un aidant ou un proche intervient-il déjà, même ponctuellement ? La personne âgée conserve-t-elle encore suffisamment d’autonomie avec des besoins limités à certains types d’assistance (pour faire les courses par exemple) ? Un emploi direct peut dans ce cas se révéler suffisant. Dans le cas contraire, avec des besoins plus importants portant sur des actes essentiels du quotidien, le recours à un prestataire ou à un mandataire permet de se décharger de la gestion administrative chronophage et parfois complexe.
  • Dans le cadre d’une demande d’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie), une équipe de professionnels du conseil départemental est chargée d’évaluer le degré de perte d’autonomie de la personne âgée. Dans ce cas, un plan d’aide personnalisé vous indiquera avec précision les préconisations en matière de services à la personne. Il est également possible de solliciter l’avis du médecin traitant, le diagnostic d’un Centre d’Évaluation Gérontologique ou d’un ergothérapeute qui réalisera un bilan de ses capacités, de son environnement et de ses besoins.
  • En cas de recours à un prestataire ou un mandataire, il est indiqué de se renseigner sur les agréments, références et certifications dont il dispose ainsi que sur les services qu’il offre outre le recrutement des auxiliaires de vie : information des familles sur les démarches, suivi de l’auxiliaire, remplacement en cas d’absence…
  • Il est important de s’assurer que la personne intervenante dispose de l’expérience, des qualifications et/ou d’une formation adaptée. Une période d’essai suffisante permettra de juger de son professionnalisme ainsi que de ses qualités humaines, la relation avec la personne âgée devant avant tout reposer sur la confiance.

Les tarifs de l'aide au repas

Tarifs de l’aide au repas en emploi directs ou avec mandataire

 

Encadrée par la Convention collective nationale des salariés du particulier employeur, la rémunération du salarié employé par un particulier est composée d’un salaire de base et d’éléments accessoires (heures supplémentaires, congés payés…) :

  • Le salaire de base : Le salaire horaire ne peut être inférieur au SMIC (10,15 € brut) ou s’il est plus avantageux au salaire horaire minimum prévu par la convention collective. Celle-ci instaure une grille de classification des emplois sur 12 niveaux : les compétences et la professionnalisation de la personne employée peuvent alors lui permettre de percevoir une rémunération horaire allant de 10,15 € à 15,31 € brut pour le niveau 12 (intervenant auprès de personnes en perte élevée d’autonomie). Des majorations peuvent s’appliquer pour un travail le week-end et les jours fériés.
  • Les heures supplémentaires : Une majoration pour heure supplémentaire est due si le nombre d’heures de travail dépasse 40 heures hebdomadaires. Si le contrat ne prévoit pas de récupération, la majoration est de 25 % pour les 8 premières heures et de 50 % pour les heures suivantes.
  • Les congés payés : deux méthodes de calcul sont possibles, la plus avantageuse pour le salarié devant être retenue :
    – 10 % de la rémunération totale brute perçue durant la période de référence (du 1er juin de l’année précédente au 31 mai de l’année en cours),
    – Maintien du salaire qui serait dû pour un temps de travail égal aux congés.

À noter : Depuis le 1er janvier 2020, le prélèvement de l’impôt à la source est applicable aux emplois à domicile. L’URSSAF (Union de recouvrement pour la Sécurité sociale et les Allocations familiales) propose en ligne un outil, le CESU + qui assure le calcul, le prélèvement et le versement du salaire. Il suffit à l’employeur de déclarer la rémunération de son employé à partir de son espace personnel sur le site de l’URSSAF qui se charge de prélever le salaire sur le compte bancaire de l’employeur puis de le verser au salarié en déduisant l’impôt à la source.

 

Tarifs de l’aide au repas avec recours à un prestataire de service

 

Le salaire de l’auxiliaire est versé par l’organisme prestataire et compris dans la rémunération du service qu’il fournit.

 

Fourchette moyenne du coût horaire pour l’assistance au repas

Taux horaire brut minimum
hors aides
10 €
Taux horaire brut maximum
hors aides
15 €

Les aides financières pour l'aide au repas

Différentes aides contribuent au financement des interventions d’une auxiliaire de vie pour l’assistance au repas :

  • Le crédit d’impôt : Il est possible de bénéficier de 50 % crédit d’impôt dans le cadre d’un emploi direct ou d’un recours à une association, d’une entreprise ou d’un organisme agréé. Cet avantage fiscal est limité à 12 000 € par an et majoré de 1 500 € par membre du foyer de plus de 65 ans.
  • L’APA : Versée par les départements, l’Allocation Personnalisée d’Autonomie permet de payer, en totalité ou en partie, les dépenses nécessaires au maintien à domicile des personnes âgées de plus de 60 ans dont la perte d’autonomie a été évaluée. Elle n’est toutefois pas cumulable avec certaines prestations (aide ménagère du département, prestation complémentaire pour recours à tierce personne, aide des caisses de retraite…).
  • La PCH : Gérée par les MDPH (Maisons Départementales des Personnes Handicapées), la Prestation de Compensation du Handicap aide à financer certaines dépenses liées au recours à une tierce personne pour les actes de la vie quotidienne. Dédiée aux personnes en situation de handicap, cette allocation est personnalisée et adaptée aux besoins de son bénéficiaire.
  • Les caisses de retraite : Proposant des aides financières aux seniors contribuant à soutenir le maintien des seniors à domicile et de les soutenir en cas de difficultés, les caisses de retraite sont susceptibles de supporter une partie des dépenses engendrées par l’aide au repas.
  • L’aide-ménagère à domicile : Destinée aux personnes non éligibles à l’APA, cette allocation de la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie) permet de financer l’aide-ménagère et la préparation des repas. La demande se réalise en mairie ou auprès du CCAS (Centre Communal d’Action Sociale).
Retour à Aide à domicile
Suivez-nous :-)