MENU
Diminuer la taille de police Augmenter la taille de police
Rappel gratuit Rappel gratuit
Rédaction : Aline Garcia - Mise à jour : 28 février 2019 à 21h47

Risques de chute chez les personnes âgées : comment les identifier ?

Les risques de chute augmentent avec l’âge et représentent un réel enjeu en matière de santé publique. Alors que les chiffres sont inquiétants, il est toutefois possible d’atténuer ou d’écarter les risques de chute.

Les seniors sont les plus exposés au risque de chute, avec le constat suivant :

  • Chaque année, les chutes touchent 1/3 de 65 ans et plus vivant à domicile. Près de 35% des 65-80 ans ; 55% des plus de 90 ans.
  • Elles sont la première cause de mortalité par traumatisme.
  • On compte 12 000 décès par an sur 2 Millions de chutes chez les personnes âgées.
  • 40% des personnes hospitalisées après une chute ne peuvent plus retourner vivre à leur domicile.

Ces événements, plus fréquents chez les personnes très âgées et les femmes, sont tout de même évitables lorsque l’on sait identifier les facteurs de risques et mettre en place des solutions adaptées.

Si les effets du vieillissement sont inévitables, tous les individus ne sont pas touchés de la même manière : le niveau d’activité, l’état de santé et le niveau de dépendance de deux personnes du même âge peuvent être très différents.

Pour que la prévention soit efficace, il est important d’identifier tous les facteurs de risques pour chaque individu. De plus, si la personne est déjà tombée, les risques de rechuter sont multipliés par 20.

 

Quels sont les facteurs de risque de chute chez une personne âgée ?

Les chutes chez les personnes âgées sont provoquées par l’interaction de ces différents facteurs :

  • Le vieillissement : les risques de chute augmentent avec l’âge, les personnes très âgées sont les plus vulnérables.
  • L’isolement : entraînant une diminution des interactions sociales et d’activités physiques par l’immobilisation de la personne à son domicile.
  • Avoir une ou plusieurs maladies chroniques ou aiguë.
  • Trouble de l’équilibre ou de la marche : la diminution de la capacité physique et les troubles moteurs sont fréquents chez les personnes d’âge avancé ce qui entraîne la perte de la masse musculaire.
  • La baisse des capacités fonctionnelles provoquant la dépendance.
  • Le comportement de la personne : la prise de risque et la peur de chuter.
  • Son environnement : l’habitat, le mobilier sont-ils adaptés ?
  • La prise de médicaments provoquant des effets secondaires.
  • La malnutrition : provoquant fatigue et baisse d’énergie.
  • La consommation d’alcool ou de tabac : pouvant altérer les sens.
  • La baisse de la vue : qui empêcherait de voir certains obstacles.
  • La fragilisation des os : augmente le risque de fracture.

Quelles sont les conséquences d’une chute chez les personnes âgées ?

Les conséquences d’une chute peuvent s’avérer plus ou moins importantes :

  • Blessures, plaies, fractures, entorses, contusions, hématomes
  • Traumatisme crânien
  • La diminution de l’activité physique et donc la diminution de la masse musculaire rendant la personne encore plus vulnérable
  • La perte d’autonomie et donc la dépendance à l’égard d’une tierce personne.
  • L’isolement social : la peur de retomber ou de sortir de chez soi peuvent affecter le moral et le physique.
  • Placement en institution ou hospitalisation

 

Comment prévenir les chutes ?

Les chutes ont le plus souvent lieu dans des environnements peu sécurisés : l’extérieur du domicile, les escaliers,  la cuisine ou encore la salle de bain sont des lieux à risque pour les personnes fragilisées.

Prévenir les chutes, c’est tout d’abord maintenir un bon niveau de santé. Voici quelques conseils :

  • Maintenir une alimentation équilibrée :  Une mauvaise alimentation peut entraîner de la fatigue, des vertiges et une sensation de faiblesse. Ces facteurs augmentent le risque de chute. Il est important de bien s’hydrater et d’apporter les ressources nutritives dont le corps à besoin : calcium, protéines, fruits et légumes, 1,5 L d’eau par jour.  
  • Maintenir un rythme physique régulier : Le manque d’activité physique est aussi un élément à prendre en compte. En effet, le fait de ne pas être actif la journée entraîne une perte de la masse musculaire. Pratiquer la marche ou la gymnastique douce comme activité physique aide à maintenir la masse musculaire. De plus, la mise en place de solution d’aide à la marche (canne, déambulateur…)  peut être une solution complémentaire et parfois nécessaire pour rassurer et sécuriser la personne dans ses déplacements.
  • Éviter la prise de médicaments excessive : certains traitements ont des effets secondaires, ils peuvent causer des étourdissements, de la fatigue … Il faut en parler à son médecin
  • Vérifier régulièrement l’état de sa vue et de son audition, deux sens qui s’affaiblissent avec l’âge. Porter des lunettes et un appareil auditif peut permettre d’éviter des accidents.

 

Mais c’est aussi adapter son environnement à ses difficultés :

  • Avoir un domicile bien rangé : trébucher sur un objet sur le sol ou se prendre les pieds dans les fils électriques sont des risques supplémentaires de chutes qui sont facilement évitables. Il faut enlever les objets dangereux dans les lieux de passage.
  • Maintenir un bon éclairage de son domicile : la baisse de la vue entraîne des difficultés à voir certains obstacles et augmente donc le risque de tomber : ajouter une lumière dans des endroits sombres permet de mieux voir ces obstacles.
  • Aménager le domicile et poser du mobilier adapté peut réduire considérablement les risques de chute : des solutions d’aménagement du domicile pour différentes pièces de la maison : cuisine, salle de bain, chambres, escaliers, extérieur
  • Éviter les sols glissants et les coins de tapis : ne pas cirer le sol, mettre des antidérapants sous les tapis
  • S’équiper de chaussures adaptées avec des semelles antidérapantes
  • Faire appel à une aide à domicile lorsque les tâches ménagères sont difficiles à réaliser.
  • Avoir des animaux domestiques est un risque supplémentaire de chute : certains animaux restent dans les jambes des personnes ce qui peut entraîner une perte d’équilibre.
  • Faire appel à un ergothérapeute peut apporter des solutions supplémentaires adaptées à son logement.

 

Que faire après une chute ?

Lors d’une chute, plus la personne reste au sol, plus les conséquences seront importantes et d’autant plus si la personne est blessée.  

Donner l’alerte : prévenir les secours et l’entourage. Le fait d’avoir à son domicile un détecteur de chutes ou un équipement de téléassistance peut permettre de donner l’alerte plus rapidement.

Il est important d’essayer de se relever et de vous asseoir afin de reprendre vos esprits:

infographie seniors : comment se relever d'une chute

 

 

Suivez-nous :-)