MENU
Diminuer la taille de police Augmenter la taille de police
Rappel gratuit Rappel gratuit
Rédaction : Carole Carries - Mise à jour : 02 septembre 2019 à 11h13

Introduction

Pathologie dégénérative, la maladie d’Alzheimer entraîne après plusieurs années le décès du patient. L’enjeu consiste alors à identifier les signes précurseurs de la maladie afin d’être en mesure de ralentir son évolution et d’améliorer l’espérance de vie du malade.

Les différents stades de la maladie

Alzheimer évolue en différentes phases qui conduisent en huit à douze ans au décès du patient. Son évolution varie d’une personne à l’autre. L’âge où la maladie se manifeste constitue également un facteur important. Si elle se déclare avant l’âge de 60 ans, l’affection progresse plus rapidement qu’après 75 ans.

 

La phase légère (2 à 4 ans)

Stade initial de la maladie, la phase précoce se caractérise par des déficiences encore légères. Des pertes de mémoire, des difficultés pour communiquer, des troubles du comportement et de l’humeur apparaissent. Conscient de son état, le malade est souvent sujet à l’anxiété voire à un état dépressif. Cette phase permet au patient encore suffisamment autonome de planifier ses soins et son avenir.

 

La phase modérée (2 à 6 ans)

La phase modérée laisse apparaître les symptômes caractéristiques de la maladie. Les troubles de la mémoire et les désordres psycho-comportementaux s’aggravent. L’amnésie devient constante, la désorientation dans le temps et l’espace s’accentue et des incohérences apparaissent dans le langage. Des modifications de la personnalité comme une attitude agressive, des troubles du sommeil ou de l’alimentation font jour. Le malade ne reconnaît plus son entourage, les objets familiers et rencontre des difficultés dans la réalisation des gestes du quotidien. L’autonomie du malade diminue, une aide pour les tâches courantes est nécessaire. La présence constante d’un proche est recommandée.

 

La phase sévère (2 à 4 ans)

Au cours de ce stade avancé, la détérioration mentale et physique est conséquente. Les personnes rencontrent des difficultés pour se déplacer ou s’alimenter ainsi que des problèmes d’incontinence. La mémoire est considérablement dégradée et le malade perd peu à peu sa faculté à communiquer. Le risque de chute est prégnant, la personne devient peu à peu dépendante. La maintenir à domicile même avec une surveillance permanente devient très difficile pour l’entourage qui se voit généralement contraint de la placer en établissement spécialisé.

 

La phase terminale (2 ans)

La phase terminale se traduit par une complète dépendance du malade. Grabataire, incontinente, la personne alitée n’est plus en mesure de communiquer. Placée dans un établissement spécialisé, l’accent est mis sur la qualité des soins et le confort afin d’améliorer la fin de vie.

 

Les causes du décès d’Alzheimer

La démence n’est pas la cause directe du décès. La mort du patient survient petit à petit, suite aux conséquences de la perte d’autonomie. La grabatisation génère en effet de sévères troubles qui tendent à faire décliner la santé du malade. Totalement dépendante, la personne développe des escarres, des infections respiratoires et urinaires, une malnutrition liée à la perte de la faculté à déglutir conduisant peu à peu à son décès.

Suivez-nous :-)