0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
Habitat & Sécurité

80 propositions pour adapter l’habitat au vieillissement

Rédaction : Isabelle Simon Ringenbach - Mise à jour : 11 juin 2021 à 12h17
Rapport Luc Broussy

À l’heure actuelle, l’EHPAD (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) constitue la principale solution pour prendre en charge les personnes âgées en perte d’autonomie. Or, bon nombre de seniors désirent rester à domicile le plus longtemps possible. La crise sanitaire semble avoir amplifié le phénomène, comme semble le démontrer le taux d’occupation à la baisse de ces structures.
Face à ce constat et dans le but d’offrir des solutions aux 70 ans et plus, le Président de France Silver Eco, Luc Broussy, a remis un rapport de 80 propositions au Gouvernement le 26 mai dernier portant sur l’adaptation des logements des seniors : « Nous vieillirons ensemble », une préoccupation majeure dans un contexte difficile de pandémie.

 

L’adaptation du logement au cœur du bien vieillir

D’ici 2030, la population des 75-84 ans devrait passer à 6,1 millions. Une véritable explosion démographique qui n’a pas été anticipée. À l'instar d'un  récent rapport du Sénat, de nombreuses voix s'élèvent afin de développer le maintien à domicile et de sortir du « tout EHPAD ».

Dans cet esprit, voici les trois axes principaux de travail du rapport de Luc Broussy :

  • Des aides visant à adapter le logement des aînés avant la survenue d'une situation de dépendance,
  • Des financements permettant d’accéder à des résidences seniors à prix modérés,
  • Des aménagements urbains et des modes de transports adaptés aux personnes en perte d’autonomie.

Bien vieillir chez soi implique de prendre en considération l’ensemble des fragilités des uns et des autres, actuelles et futures, à domicile comme à l’extérieur.

 

Une aide financière avec MaPrimAdapt’

Le rapport préconise la mise en place dès 2022 d’un système inspiré du dispositif MaPrimeRénov’ en faveur de la rénovation énergétique qui a remporté un franc succès.

Pour les seniors désirant rester chez eux, un guichet et un dossier unique permettrait de regrouper toutes les demandes d'aides aux travaux d'adaptation du logement et les conditions d’aides financières (revenus, âge…).
Une simplification des tâches administratives bienvenue.

Un seul pôle coordonné par la CNAV (Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse) et l’Anah (Agence nationale de l'habitat) serait créé, financé par le fonds national MaPrimAdapt’ et hébergé via la cinquième branche de la Sécurité sociale.
Ce dispositif devrait être ouvert à tous dès 70 ans sous conditions de ressources et quel que soit le niveau de GIR de la grille AGGIR (groupe iso-ressources ou niveau de perte d’autonomie).

 

Repenser des politiques d’accueil et de maintien à domicile

Luc Broussy évoque une véritable « révolution culturelle » pour répondre aux besoins de nos anciens.
La génération des baby-boomers encore autonome aujourd'hui, ne devrait pas tarder à subir les premières fragilités liées à l’âge. D’où la nécessité d’agir rapidement en matière de politiques d’accueil et de maintien à domicile.

 

Des habitats dits alternatifs

Le rapport suggère des alternatives à l’EHPAD avec le développement d’habitats alternatifs : colocations, résidences intergénérationnelles ou résidences services… Rien de tel pour cohabiter, accompagner et soutenir celles et ceux qui se trouvent en perte d’autonomie.

Quant aux résidences du parc social, les anciens foyers-logements ou résidences autonomie, elles doivent être modernisées afin de répondre aux besoins des seniors les plus modestes. Ceux-ci devraient pouvoir accéder aux HLM (habitation à loyer modéré) construites avec des règles d’urbanisme allégées et adaptées au vieillissement.

 

Le renforcement des services à domicile

Bien vieillir chez soi passe également par la réorganisation des services à la personne. Le rapport préconise à ce titre plusieurs pistes :

  • Revoir la tarification des SAAD (Service d'Aide et d'Accompagnement à Domicile) afin de permettre une approche plus globale des personnes âgées et proposer des services adaptés.
  • En prévention, il serait judicieux de « confier à La Poste une mission de service public dans le repérage des fragilités ». En effectuant leurs tournées quotidiennes, les facteurs sont bien placés pour accomplir ce type de tâche.
  • Les EHPAD deviendraient des « plateformes de services », véritables lieux ressources permettant d’accompagner les personnes âgées vivant à domicile.

 

La prévention des chutes des personnes âgées

Afin de prévenir les accidents et les chutes responsables chaque année de nombreuses hospitalisations et décès, il est nécessaire d’agir en amont.

60 000 seniors aux ressources modestes ont pu bénéficier de l’aide de 5 000 € mise en place par l’État et Action Logement afin d’adapter leur salle de bain, haut lieu de chutes.
Si l’aide d'Action Logement est clôturée depuis avril, d’autres solutions permettent encore toutefois d’aider à adapter le logement des seniors : les aides de l’Anah ou des caisses de retraite, l’APA, la PCH…

 

Les seniors, les transports en commun et l’urbanisme

Force est de constater que les transports en commun sont inadaptés aux personnes d’un âge avancé. On note par ailleurs qu’un piéton décédé sur deux est âgé de plus de 65 ans.
Face à ce constat, les architectes et les urbanistes doivent travailler sur l’amélioration de la mobilité des seniors et du mobilier urbain sur tous les territoires.

 

Un fonds d’expérimentation pour financer le projet vieillesse

Les expérimentations des collectivités au profit de l’autonomie doivent pouvoir être soutenues. Ainsi, Brigitte Bourguignon, ministre déléguée en charge de l’Autonomie auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, a annoncé la création d’un « fonds d’appui de 10 millions d’euros, mobilisable par les communes et départements, dès le 1er juillet » par la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie).
Un coup de pouce financier appréciable.

Parce que nous sommes tous concernés par la vieillesse, ces 80 propositions arrivent à point alors que le projet de loi Grand âge et autonomie n'a cessé d'être reporté en raison de la crise sanitaire. Il s’agit bel et bien d’un nouveau pacte intergénérationnel visant à relever le défi actuel lié au vieillissement.
Des propositions intéressantes à suivre de près.

 

Suivez-nous :-)