0 805 543 098Service & appel gratuits

A A A
MENU
4.1 (14)

L’avancée en âge s’accompagne fréquemment de l’apparition de pathologies et troubles pouvant compromettre le maintien à domicile des seniors. Afin de vieillir chez soi en toute sérénité, il est conseillé d’adapter son logement à la perte d’autonomie.

Plusieurs aides financières et subventions publiques permettent de rénover sa résidence principale afin d’en améliorer l’accessibilité, la sécurité ainsi que les performances énergétiques. Pièce à risque pour les personnes âgées (chute, brûlure, glissade…), la salle de bain constitue l’un des espaces à réaménager en priorité. Découvrez les différents dispositifs et les conditions d’éligibilité pour prétendre à des aides et installer une douche sécurisée.

 

Les aides de l'Anah pour rénover sa salle de bain

Permettant de rénover ou d’adapter les logements de plus de 15 ans, les aides de l'Anah (agence nationale de l’habitat) prend en charge de 35 à 50 % du montant des travaux de rénovation de salle de bain, dans la limite de 5 000 € pour une personne seule et de 10 000 € pour un couple et jusqu’à 25 000 € dans le cadre de l’aide Habiter serein.

L’organisme propose plusieurs aides pour refaire votre salle de bain :

  • L'aide Anah Habiter facile permet d'adapter son logement au vieillissement ou améliorer l’accessibilité de son domicile au handicap.
  • L'aide Habiter sain prend en charge la remise aux normes de votre habitation pour une meilleure sécurité.
  • L'aide Habiter serein assure le financement de gros travaux (réfection complète de la salle de bain par exemple).
  • L'aide Habiter mieux pour financer des travaux de rénovation énergétique.

Destinées aux résidences principales, ces aides pour la salle de bain des seniors sont éligibles sous conditions de ressources.

 

Quels prêts pour aménager sa salle de bain en 2022 ?

Lorsque l’on avance en âge, obtenir un emprunt auprès d’une banque ou d’un organisme de crédits est parfois compliqué. C’est pourquoi plusieurs organismes proposent aux seniors disposants de revenus modestes des conditions avantageuses pour souscrire un prêt afin de rénover leur salle de bain.

  • Le prêt à l’amélioration de l’habitat (PAH) : Réservé aux travaux d’amélioration, de réparation, d’isolation ou d’assainissement d’une résidence principale, ce prêt accordé par la CAF (Caisse d'Allocations Familiales) permet aux locataires ou propriétaires de couvrir jusqu’à 80 % de leurs dépenses dans la limite de 1 067,14 €. Destiné aux bénéficiaires d’une prestation familiale, ce prêt est remboursable sur 36 mois avec un taux d’intérêt qui s’élève à 1 %.
  • L’éco-prêt à taux zéro ou éco-PTZ : D’un montant compris entre 7 000 € et 50 000 €, l’éco-PTZ permet de financer les travaux d’isolation thermique ou de rénovation énergétique (pour installer ou remplacer son système de chauffage ou d’eau chaude via une source d’énergie renouvelable) dans un logement individuel ou une copropriété. Cumulable avec les aides de l’Anah et les aides des collectivités territoriales, il s’agit d’un prêt sans intérêts accordé par l’État. Cet emprunt n’est pas soumis à plafonds de ressources et doit être remboursé sur un délai de 20 ans maximum avec des taux d’intérêt variant de 2,3 à 2,75 % en fonction de la durée du prêt.
  • Le prêt d’accession sociale (PAS) : Destiné à financer un achat ou une construction, le PAS permet également de réaliser des travaux d’agrandissement, d’économie d’énergie ou de rénovation (par exemple pour aménager une salle de bain pour rendre un local habitable). Ce crédit est conditionné par le montant annuel des revenus du ménage ainsi que la localisation du bien immobilier. Accordé pour une durée de 5 à 30 ans (voire 35 ans sous conditions), il peut couvrir l’intégralité des frais du projet.
  • Le prêt travaux amélioration d'Action Logement : Emprunt de 10 000 € avec taux d’intérêt à 1 %, ce dispositif proposé par Action Logement permet d’effectuer des travaux de décoration, de mise aux normes, de rénovation énergétique, de sécurisation mais aussi de remplacer ses sanitaires. Attribué aux salariés propriétaires du secteur privé, ce prêt est remboursable sous 10 ans.

 

Les aides du département pour une salle de bain adaptée aux seniors

Plusieurs aides des collectivités territoriales, et notamment des aides départementales, prennent en charge les travaux d’adaptation du logement au vieillissement ou au handicap.

Pièce à adapter en priorité, la salle de bain peut à ce titre bénéficier de plusieurs aménagements : remplacement d’une baignoire difficile à enjamber par une douche à l’italienne sécurisée, mise en place d’un receveur extraplat avec revêtement antidérapant et cabine de douche aux parois renforcées, pose de mitigeur thermostatique pour prévenir les brûlures, fixation d’un siège de douche rabattable et d’une barre d’appui, installation d’un lavabo PMR et/ou de toilettes surélevées…

  • L’APA (allocation personnalisée d’autonomie) : Ayant vocation à soutenir le maintien à domicile des personnes âgées de plus de 60 ans en perte d’autonomie (GIR 1 à 4 de la grille AGGIR), l’APA est versée par le Conseil départemental. Cette aide financière permet entre autres d’adapter sa salle de bain afin de sécuriser les seniors pendant la toilette.
  • La PCH (prestation de compensation du handicap : Cette aide permet de financer les dépenses liées à la perte d’autonomie des personnes handicapées, et en particulier celles concernant l’amélioration de l’accessibilité du domicile (par exemple l’accès d’un fauteuil roulant dans la salle de bain). La demande de subvention doit être adressée à la MDPH (Maison Départementales des Personnes Handicapées qui dépend du département).

En fonction de votre lieu de résidence, votre commune ou communauté d’agglomération sont susceptibles de vous faire bénéficier de dispositifs spécifiques à votre territoire pour refaire votre salle de bain. Il est conseillé de se renseigner auprès du CCAS

 

Les aides financières proposées par les caisses de retraite pour refaire sa salle de bain

En fonction du régime cotisé et du profil de l’assuré, il est possible de prétendre à des aides pour l’aménagement de la salle de bain des personnes âgées. Plusieurs dispositifs ouvrent droit à une prise en charge sous certaines conditions.

Le Kit prévention : Destiné aux retraités de plus de 55 ans affiliés à la CARSAT, ce dispositif permet de participer au financement d’aides techniques (de 100 à 300 €) pour sécuriser sa salle de bain (rehausseur de toilettes, planches de transfert, siège de douche, barres d’appui, main courante…).

L’aide à l’habitat : Soumise à l’évaluation d’un ergothérapeute, cette subvention permet de prendre en charge de 30 à 65 % des travaux permettant d’améliorer l’accessibilité de son logement dans la limite de 3 500 €. Il peut par exemple s’agir d’aménager ses sanitaires ou de modifier les revêtements de sol afin de sécuriser sa salle d’eau.

 

Les aides financières visant à améliorer la performance énergétique

Destiné à optimiser les dépenses d’énergie des ménages, Ma Prime Rénov’ permet aux propriétaires d’un logement de plus de 15 ans de rénover leur logement afin d’en optimiser les performances énergétiques (changement d’un chauffe-eau, du chauffage ou isolation de la salle de bain). Le montant pris en charge est fonction du niveau de revenus ainsi que du gain écologique offert par la rénovation.

En cas de travaux permettant d’améliorer la performance énergétique de votre salle de bain, il est possible de bénéficier d’une TVA à taux réduit pour la transition énergétique s’élevant à 5,5 % sur l’achat des matériaux. Pour ce faire, il est nécessaire de faire appel un à artisan certifié RGE et d’intervenir sur un logement construit il y a plus de 2 ans.

 

Le crédit d’impôt pour la rénovation de sa salle de bain

Les personnes âgées en perte d’autonomie et éligibles à l’APA ainsi que les personnes en situation de handicap ou d’invalidité bénéficient de 25 % de crédit d’impôt maintien à domicile dans la limite de 5 000 € pour un personne seule et de 10 000 € pour un couple afin de réaménager leur salle de bain.

Certains aménagements tels que l’installation d’un lavabo PMR, de WC surélevés, de l’installation d’un siège de douche ou d’une barre de maintien bénéficient du crédit d’impôt à hauteur de 25 % sans conditions de perte d’autonomie.

Cette FAQ vous a-t-elle été utile ?

4.1/5 - (14 avis)

Suivez-nous :-)